Rentrée universitaire : les modalités du protocole sanitaire dévoilées

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Drazen Zigic

Après de longs mois de cours à distance ou en jauge restreinte, les quelque 2,8 millions d’étudiants de France vont enfin pouvoir retourner sur les bancs de la fac. Dans une interview accordée ce mercredi 25 août au Parisien, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a détaillé le protocole sanitaire qui sera mis en place à partir de la semaine prochaine et jusqu’en octobre. La rentrée universitaire sera « la plus normale possible », promet-elle.

Pas de distanciation physique mais port du masque obligatoire

Fini les journées passées à écouter ses professeurs derrière un écran, les cours seront à 100 % en présentiel. « Il n’y aura pas de jauge dans les amphis afin d’exploiter la capacité maximale des salles, explique la ministre. Cela veut donc dire qu’il n’y aura pas de distanciation physique ». Pour éviter les amphis bondés, « les chefs d’établissement pourront dédoubler les salles, voire retransmettre le cours dans un autre amphithéâtre », précise-t-elle tout en estimant que « dans l’immense majorité des cas », les amphis ont une capacité supérieure au nombre d’étudiants inscrits.

Si la distanciation physique est levée, le port du masque restera obligatoire au sein des établissements. De même, les consignes d’aération et de nettoyage des locaux, mises en place au second semestre dernier, seront maintenues.

Pas de pass sanitaire, sauf exceptions

Le pass sanitaire ne sera pas demandé à l’entrée des établissements pour pouvoir assister aux cours. En revanche, il faudra le présenter pour se rendre aux événements extrascolaires, comme les colloques de plus de 50 personnes, les fêtes étudiantes ou encore « les activités culturelles, sportives sans lien avec les cursus ».

Pas d’isolement pour les étudiants vaccinés

Concernant le protocole en cas de cluster, si trois cas positifs au Covid-19 sont détectés sur une période de sept jours dans une même unité d’enseignement, le traçage des cas contacts devra être demandé auprès de la caisse primaire d’assurance maladie. Les étudiants vaccinés cas contact n’auront pas à s’isoler mais les cas positifs et cas contacts non vaccinés devront respecter une période d’isolement de sept jours et suivre les enseignements à distance. En cas d’emballement de l’épidémie, des dépistages aléatoires ou systématiques du Covid-19 pourront être effectués. En prévision de la rentrée, 2,5 millions d'autotests ont été livrés aux établissements. Ils seront distribués gratuitement aux étudiants.

Des centres de vaccination

Pour éviter les risques de contamination au sein des universités, le gouvernement mise aussi sur la vaccination. « Aujourd’hui, 80 % des étudiants ont reçu une dose de vaccin et 63 % ont un schéma vaccinal complet », a déclaré Frédérique Vidal, ajoutant que dès la mi-septembre, 80 % seront complètement vaccinés. Afin de « terminer le processus », les agences régionales de santé déploieront dans toutes les universités au moins un lieu pour se faire vacciner. Dans les plus petites facultés, un centre de vaccination de proximité avec des créneaux dédiés accueillera les étudiants.

A lire aussi