Rentrée scolaire : le protocole sanitaire à l'école va être renforcé

Masque obligatoire dès le CP, brassage des élèves limité au maximum, aération des salles de classe… Le protocole sanitaire dans les écoles, collèges et lycées sera renforcé à partir de lundi 2 novembre pour permettre l’accueil de tous les élèves.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Drazen Zigic

Malgré le reconfinement de la France depuis ce vendredi, les élèves reprendront le chemin de l’école lundi 2 novembre. « Nous ne pouvons pas laisser la crise sanitaire entraîner des retards qui sont susceptibles de décrochages. Le confinement peut avoir des conséquences sur les enfants, leur développement physique et psychique », a expliqué le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, lors d'une conférence de presse jeudi 29 octobre.

« Nous avons le devoir fondamental de laisser ouvertes nos écoles tant que nous le pourrons », a-t-il déclaré en assurant qu’il y a « peu de contaminations en milieu scolaire ». Au moment où les vacances de la Toussaint ont commencé, 27 structures scolaires sur les 61 500 que compte le pays étaient fermées et 293 classes (0,06%). 8 223 élèves avaient été contaminés (0,07%). On dénombrait 2 063 cas de personnel pour 1,2 million de personnes, soit 0,6 %.

Dès la rentrée scolaire, le protocole sanitaire sera renforcé dans les écoles, collèges et lycées afin de permettre l’accueil de tous les élèves.

Port du masque obligatoire dès le CP

Le port du masque deviendra obligatoire dès le CP et non plus la sixième. « Des masques seront prévus dans les écoles en cas d'oubli ou de difficultés économiques d'une famille pour s’en procurer », a précisé le ministre.

Brassage des élèves limité au maximum

Le brassage des élèves de groupes différents (classes, groupes de classes ou niveau) sera limité au maximum. Pour cela, l'arrivée et le départ des élèves seront autant que possible étalés dans le temps. Concernant la circulation des élèves dans les bâtiments, les déplacements seront limités au maximum. « Dans le second degré, une seule salle sera attribuée à chaque classe, dans la mesure du possible, à l'exception des salles spécialisées et des ateliers », a expliqué Jean-Michel Blanquer. Les récréations seront, par ailleurs, organisées par groupe, avec un respect des gestes barrières. Si cela n’est pas possible, les enseignants pourront proposer des temps de pause en classe. Enfin, « la restauration scolaire est maintenue en veillant à espacer les élèves d’un même groupe d'un mètre, autant que possible ».

Ventilation et nettoyage des salles renforcés

L’aération et la ventilation des classes seront renforcées tout comme le nettoyage et la désinfection des locaux et des équipements. Les sols, tables et bureaux doivent être nettoyés au minimum une fois par jour et les surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et personnels, comme les poignées de porte, plusieurs fois par jour. Les tables du réfectoire sont désinfectées après chaque service.

L’accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est autorisé si un nettoyage quotidien est assuré (ou après une période sans utilisation d’environ 12 heures). De même, la mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est permise à l’intérieur des locaux à condition qu’une désinfection au minimum quotidienne soit effectuée (ou que les objets soient isolés 24 h avant d’être réutilisés).

Vigilance renforcée sur les gestes barrières

Le respect des gestes barrières, notamment le lavage des mains, et de la distanciation physique feront l’objet d’une vigilance accrue.

Enseignement à distance possible

« Si la situation sanitaire locale le justifie ou si un établissement au regard de sa taille et de son organisation n’est pas en mesure de respecter les règles posées par le présent protocole, un enseignement à distance pourra être partiellement mis en œuvre, avec l’accord et l’appui du rectorat », précise le protocole sanitaire. Le ministre de l’Education nationale a ainsi indiqué qu’au lycée, une souplesse sera accordée aux directeurs d’établissements pour autoriser l’enseignement à distance « pour les élèves vulnérables ou pour des groupes d’élèves ».

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :