Petite enfance : un accompagnement de 1 000 jours bientôt proposé aux futurs parents

Le gouvernement veut mettre en place en 2020 un parcours d’accompagnement des parents, du 4ème mois de grossesse jusqu’au deuxième anniversaire de l’enfant.
1mn de lecture
© GeorgeRudy

Sensibiliser les parents aux 1 000 premiers jours de la vie de l’enfant, tel est l’objectif du parcours d’accompagnement que souhaite proposer le gouvernement en 2020. La période, allant de la conception aux deux ans de l’enfant, est considérée comme importante pour sa santé future. Or, les inégalités sociales de mortalité et de santé s’observent dès la grossesse et le plus jeune âge. « Afin de lutter contre les inégalités de destin, nous voulons surinvestir cette période où beaucoup se joue », a ainsi déclaré à l’AFP le secrétaire d’Etat en charge de la protection de l’enfance, Adrien Taquet, le jeudi 12 septembre.

En quoi consistera le parcours 1 000 jours ?

Le parcours d’accompagnement consistera à apporter des services et conseils dans plusieurs domaines tels que la nutrition, la prévention contre les perturbateurs endocriniens, l’exposition aux écrans des enfants, l’impact de l’arrivée de l’enfant sur le couple, la naissance d’un bébé prématuré ou en situation de handicap, la place du père… Des initiatives éducatives ou dans le domaine de la santé pourraient également être proposées via une application mobile.

Les modes de garde disponibles ou encore le fonctionnement des centres de Protection maternelle et infantile (PMI), en difficultés dans certains départements, pourraient, par ailleurs, être revus.

Le parcours s’appuiera sur un rapport scientifique

Pour aider à la mise en place de ce parcours, un groupe d’experts (spécialistes de la petite enfance, pédopsychiatres, associations) dirigé par le neuropsychiatre et éthologue Boris Cyrulnik va se réunir pendant quatre mois. Il remettra début 2020 un rapport au gouvernement. De son côté, Adrien Taquet va rencontrer 1 000 parents dans toute la France afin de nourrir à travers leurs témoignages l’avis des scientifiques.

df
Sarah Corbeel
Publié le