Peut-on surveiller l'activité de ses enfants sur Instagram ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Inside Creative House

Le réseau social l’avait promis en décembre dernier. Accusé d’avoir des effets néfastes sur ses plus jeunes utilisateurs, Instagram a annoncé, mardi 14 juin, l’ajout de nouvelles fonctionnalités pour permettre aux parents d’avoir plus de contrôle sur le compte de leurs enfants mineurs.

En mars dernier, la filiale de Meta avait commencé à déployer ses outils de supervision parentale aux Etats-Unis, mais ils devaient être activés par les enfants. D’ici la fin du mois de juin, parents (et tuteurs) auront la possibilité d’envoyer des invitations à leurs progénitures pour leur proposer de surveiller leur compte, qui devront accepter la demande pour activer le contrôle parental.

Cette fonction de surveillance sera disponible aux Etats-Unis mais également au Canada, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Irlande, au Japon, en Australie avant un déploiement dans le reste du monde d’ici à la fin de l’année.

Que pourront surveiller les parents ?

D’abord, les parents pourront limiter le temps d’écran des adolescents en fixant des limites quotidiennes d’utilisation (de 15 minutes à 2 heures) ou en programmant des pauses (pendant les cours ou la nuit par exemple). Ensuite, ils auront accès à la liste des contacts Instagram de leurs enfants, qu’il s’agisse de leurs abonnés ou des personnes qu’ils suivent.

De leur côté, les ados pourront leur signaler des contenus inappropriés au règlement du réseau social (incitation à la haine ou à la violence, nudité, etc.). Un centre familial d’information avec des articles de conseils de spécialistes et des ressources de supervision sera également mis à disposition des utilisateurs.

Un contrôle parental qui cessera aux 18 ans de l’enfant

Le réseau social a, toutefois, instauré plusieurs limites à ce contrôle parental. Les parents ne pourront pas regarder les contenus « likés » ou commentés par leurs enfants, ni lire les messages privés. De plus, cette surveillance parentale prendra fin dès les 18 ans de l’utilisateur.

Ces outils de surveillance arrivent plusieurs mois après les révélations de la lanceuse d’alerte et ex-employée du groupe Meta, Frances Haugen. En octobre 2021, l’ingénieure en informatique avait affirmé que l’entreprise avait connaissance, via des études internes, de la nocivité d’Instagram sur la santé mentale des adolescentes, mais n’avait pas agi pour résoudre le problème.

A lire aussi