Fournitures scolaires : gare aux substances chimiques dangereuses !

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
artisteer

Votre enfant a l’habitude de mâchouiller ses stylos ou de renifler ses tubes de colle ? Ces mauvaises habitudes pourraient représenter un risque pour sa santé. Dans une expertise publiée ce jeudi 7 juillet, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) révèle la présence de plusieurs familles de substances chimiques dangereuses dans les fournitures utilisées à l'école, à la maison ou au bureau. Inhalées, ingérées ou en contact avec la peau, elles peuvent, pour certaines d’entre elles, entraîner des effets néfastes sur la santé.

De nombreuses substances chimiques identifiées préoccupantes

Sur la base de plusieurs études réalisées ces dernières années par l’Ademe, le Danish EPA, 60 Millions de Consommateurs ou encore l’UFC Que Choisir, l’Anses indique que les substances chimiques le plus souvent identifiées sont :

  • les phtalates, composés chimiques souvent présents dans les gommes
  • les composés organiques volatiles (COV) dont le formaldéhyde, le chloroforme, le toluène,
  • des nitrosamines,
  • le benzène,
  • les métaux lourds comme le chrome hexavalent, le cadmium, le nickel ou le plomb,
  • les perfluorés (PFAS),
  • les colorants,
  • le bisphénol A,
  • les isothiazolinones et autres conservateurs,
  • les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)
  • les substances parfumantes.

On les retrouve dans des stylos, des colles, des crayons, des correcteurs mais aussi des cahiers.

Aucune réglementation spécifique

Face à ce constat, l’agence sanitaire appelle à revoir la législation en vigueur. A l’heure actuelle, « ni en France ni en Europe, les fournitures scolaires ne relèvent d’une réglementation spécifique permettant d’encadrer leur composition, leur fabrication ou leur utilisation pour s’assurer de leur innocuité », déplore l’autorité sanitaire dans un communiqué. Les fabricants doivent uniquement garantir que ce sont des « produits sûrs pour une utilisation raisonnable par le consommateur ». 

Seuls certains articles considérés comme des jouets, tels les feutres, les crayons de couleur ou la peinture, doivent répondre aux exigences réglementaires de la directive 2009/48/CE qui interdit notamment d’utiliser pour leur fabrication des substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, et certaines restrictions ou obligation de la mention de certaines substances allergisantes.

Aussi, l’Anses appelle à étendre cette réglementation européenne à l’ensemble des fournitures scolaires. Cela « favorisera la réduction, voire la suppression de la majorité des substances identifiées ». Elle demande également aux fabricants et distributeurs de supprimer dès maintentant certaines substances ou familles de substances parfumantes.

Trois conseils pour limiter les risques sur la santé

En attendant une évolution de la législation, voici comment limiter les risques.

> Bien lire les étiquettes

Même si les étiquettes de composition sont souvent incomplètes et difficiles à déchiffrer, il existe un certain nombre de repères utiles :

  • le marquage CE pour les produits considérés comme des jouets ;
  • les pictogrammes de danger ;
Fermer
© Ademe
  • les labels environnementaux qui signalent les produits plus respectueux de l’environnement et les moins nocifs pour la santé.
Fermer
© Ademe

> Acheter les fournitures les plus simples et les moins odorantes

Céline Dubois, coordinatrice de l'Anses pour cette expertise, recommande aux parents « de privilégier les fournitures ne contenant ni substances parfumantes, ni paillettes ou autre artifice pouvant induire des comportements détournés par les enfants, tels que le "machouillage", voire l’ingestion ».

Dans une fiche publique publiée en 2019, l’Agence de la transition écologique (Ademe) conseille de choisir :

  • des crayons de couleur en bois naturel et non vernis ;
  • des colles à base d’amidon et en bâton plutôt que liquides ou en gel (elles peuvent alors contenir des substances dangereuses, allergisantes ou susceptibles d’entraîner des vertiges) ;
  • des correcteurs en ruban plutôt que liquides, qui contiennent et émettent une grande variété de solvants volatils ;
  • de la peinture aquarelle plutôt qu’acrylique, qui contient des conservateurs allergisants ;
  • des gommes sans phtalate, ni latex, ni parfum. Si elles sont parfumées à la fraise ou au chocolat par exemple, les enfants risquent de les mettre à leur bouche ;
  • de la pâte à modeler non parfumée.

> Apprendre aux enfants à bien utiliser le matériel

Au-delà des achats de fournitures, il faut apprendre aux enfants à :

  • bien reboucher les feutres ;
  • ne pas mettre les pinceaux ou stylos à sa bouche ;
  • ne pas manger et boire en utilisant les fournitures scolaires ;
  • se laver les mains après avoir terminé l’activité de peinture, de dessin ou de collage.

Tous ces gestes limiteront l’exposition des plus jeunes aux substances chimiques.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN