Ecoles primaires : ce que va changer le niveau 3 du protocole sanitaire

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Tomwang112

C’est l’une des principales annonces du Premier ministre Jean Castex à l’issue du Conseil de défense sanitaire qui s’est tenu lundi 6 décembre pour freiner la cinquième vague de Covid-19 en France. Alors que le taux d’incidence explose chez les enfants, le gouvernement a décidé de rehausser au niveau 3 le protocole sanitaire dans les écoles maternelles et primaires pour l’ensemble des départements (à l’exception de la Guyane, qui reste au niveau 4) dès ce jeudi 9 décembre. Dans les collèges et lycées, le niveau 2 continue de s’appliquer. Voici ce que va changer le passage au niveau 3 ou « niveau orange » pour les élèves.

Masque obligatoire à l’intérieur et à l’extérieur

Principal changement : le port du masque devient obligatoire en intérieur et en extérieur pour les personnels et tous les élèves à compter de l’école primaire. Dès le CP, les enfants devront donc le porter dans les cours de récréation. Jusqu’à présent, le niveau 2 imposait le masque uniquement dans les classes.

Activités sportives en intérieur restreintes

Concernant les activités physiques et sportives, elles doivent se dérouler de préférence en extérieur. « Lorsque la pratique en intérieur est indispensable (intempéries, disponibilité des installations, etc.), seules les activités de basse intensité avec le port du masque et une distanciation de deux mètres sont autorisées », précise le protocole. Le niveau 2 interdisait uniquement les sports de contact en intérieur.

Pas de mélanges de classes à la cantine

Le niveau 3 renforce également la limitation du brassage des élèves à la cantine et impose de faire déjeuner les enfants par niveau et par classe. « Dans la mesure du possible », il est conseillé de faire déjeuner « les mêmes élèves tous les jours à la même table dans le premier degré en maintenant une distanciation d’au moins deux mètres avec ceux des autres classes », indique le protocole. Un service individuel doit être mis en place (plateaux, couverts, eau, dressage à l’assiette ou au plateau) et les offres alimentaires en vrac doivent être proscrites.

A compter du niveau 3, le ministère de l’Éducation nationale précise que « lorsque l’étalement des plages horaires ou l’organisation de plusieurs services ne permettent pas de respecter les règles de distanciation et la limitation du brassage entre groupes d’élèves (ou l’interdiction du brassage dans le premier degré), d’autres espaces que les locaux habituellement dédiés à la restauration (salles des fêtes, gymnases, etc.) peuvent être exploités. En dernier recours, des repas à emporter peuvent être proposés ».

Le niveau orange signifie une désinfection plus fréquente des tables du réfectoire qui doivent être « nettoyées et désinfectées, a minima, après chaque service et, si possible, après chaque repas ».

Dépistage systématique de tous les élèves maintenu

En revanche, la politique de tests à l’école primaire ne change pas. « Nous maintiendrons notre politique de dépistage systématique de tous les élèves s'il y a un cas positif dans la classe et de fermeture de la classe au bout de trois cas positifs », a déclaré Jean Castex, lors de la conférence de presse.

Pour rappel, le protocole sanitaire dans les écoles, collèges et lycées comporte quatre niveaux :

© Ministère de l'Education nationale
A lire aussi