Ecole, emploi, retraite, allocations : les annonces de Macron pour les handicapés

Numéro de téléphone d’accompagnement unique, places d’hébergement, AAH accordée plus rapidement… Les principales mesures annoncées par le chef de l’Etat lors de la conférence nationale du handicap.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© Gonzalo Fuentes-Reuters

Très attendue par les associations, la 5e Conférence nationale sur le handicap (CNH) s’est tenue ce mardi 11 février à l’Elysée. Organisée tous les trois ans, elle se tient cette année 15 ans jour pour jour après l’adoption de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Le président de la République, Emmanuel Macron, y a annoncé une série de mesures pour améliorer le quotidien des personnes handicapées.

Une école plus inclusive

Premier chantier : réussir l’école inclusive. Le chef de l’Etat s’est engagé à faire en sorte que « plus aucun enfant en situation de handicap » ne soit « sans solution de scolarisation à la rentrée de septembre » 2020. Depuis la rentrée 2018, ils sont 23 500 de plus à être scolarisés dans un établissement ordinaire. Pour y parvenir, le président a notamment annoncé la création de 11 500 postes d’assistants d’élèves en situation de handicap (AESH) d’ici la fin du quinquennat. Fin 2020, tous les enseignants seront, par ailleurs, formés afin de mieux prendre en compte les besoins éducatifs particuliers et la plateforme de ressources pédagogiques « Cap vers l’école inclusive » sera enrichie.

Pour les enfants autistes, le forfait diagnostic et intervention précoce mis en place en 2019 pour les enfants de 0 à 6 ans sera étendu à ceux âgés de 7 à 12 ans à partir de 2021. 45 unités d’enseignement autisme seront également créées, portant leur nombre à 270 sur le quinquennat.

Le 360, un numéro d’appel unique pour trouver un accompagnement

Le 1er janvier 2021, un numéro unique, le 360, sera mis en place pour aider les familles à trouver un accompagnant scolaire ou une place en établissement. 400 équipes de proximité en charge de trouver les solutions d’accompagnement seront créées d’ici 2022.

Pour éviter l’exil en Belgique, Emmanuel Macron a annoncé la création de 1 000 places en établissement dans trois régions prioritaires (Ile-de-France, Hauts-de-France, Grand-Est), en plus des 2 500 places déjà programmées pour 2021-2022 sur tout le territoire. 2 500 places supplémentaires dans des structures intermédiaires entre le logement classique et l’établissement spécialisé seront également créées.

Un meilleur accompagnement vers l’emploi

Concernant l’accès à l’emploi, le gouvernement veut faire de l’apprentissage un levier majeur et vise 10 000 apprentis en situation de handicap d’ici fin 2021. Un Comité national de suivi de la politique inclusive de l’enseignement supérieur sera également créé.

A compter du 1er mars 2020, il suffira seulement d’être reconnu travailleur handicapé pour avoir accès aux CDD tremplin dans les entreprises adaptées. Issus de la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018, ces contrats sont actuellement expérimentés dans six régions.

Prise en compte du handicap dans le système universel des retraites

Il est notamment prévu d’instaurer la possibilité d’une retraite progressive dès 55 ans pour les travailleurs handicapés et de simplifier l’accès à la retraite anticipée en tenant compte d’une durée minimale cotisée en situation de handicap permettant de partir sans décote et donnant droit à une majoration spécifique (bonification des points pour les périodes travaillées en situation de handicap).

Une prestation de compensation du handicap (PCH) étendue

Alors que les contours de la prestation de compensation adulte n’ont pas évolué depuis 2005, le gouvernement prévoit d’y intégrer en 2021 les besoins attachés à la parentalité, avec un plan d’aide gradué selon les besoins. 184 millions d’euros seront investis dans ce nouveau droit d’ici 2022. L’aide à l’alimentation financée par la PCH intègrera désormais dans son contenu la préparation du repas et la vaisselle.

Des travaux sont également lancés pour adapter la PCH au handicap psychique et aux troubles du neuro-développement. Des propositions seront faites d’ici mi-2021.

Un délai raccourci pour l’octroi de l’AAH

Aujourd’hui, les demandes d’Allocation aux adultes handicapés (AAH) sont traitées entre deux et huit mois selon les départements. De la même façon, les droits à vie représentent 2 % des attributions de droits pour l’AAH dans certains territoires mais 60 % dans d’autres. Pour mettre fin à ces disparités, le chef de l’Etat s’est engagé à ce qu’à partir de l’an prochain « plus aucune demande » ne soit « traitée en plus de trois mois ».

Emmanuel Macron a, par ailleurs, voulu rassurer les associations en assurant que l’AAH ne serait pas diluée dans le futur Revenu universel d’activité (RUA).

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :