Covid-19 : quelles mesures de protection sanitaire dans les lycées ?

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, souhaite calmer les craintes des élèves et des personnels des lycées face au risque de contamination dans ces établissements. Annulation des épreuves communes du bac, cours à distance... Voici ce qui est prévu.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Lycées
© AntonioGuillem

Les mesures sont destinées à apaiser l’inquiétude des élèves et des personnels face au risque de contamination au Covid-19 dans les lycées. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, les a annoncées jeudi 5 novembre après avoir consulté différents acteurs, dont les syndicats des personnels de direction des établissements et les élus des Conseils académiques de la vie lycéenne, selon Le Parisien/Aujourd’hui en France.

Voici les mesures détaillées par Jean-Michel Blanquer, alors que les lycées, tout comme les écoles primaires et les collèges, sont ouverts malgré le confinement qui a débuté le 30 octobre.

Au moins 50 % des cours en présence

Reconnaissant la « forte densité » et « un fort brassage des élèves » dans certains établissements, Jean Michel Blanquer évoque dans une vidéo destinée aux lycéens l’élaboration par le ministère de l’Education nationale d’« un protocole de continuité pédagogique », afin de « tenir compte de la spécificité de chaque lycée ».

« Vos proviseurs, avec vos professeurs et l’ensemble de ceux qui travaillent dans votre établissement vont avoir la possibilité d’élaborer un plan de continuité pédagogique, qui dans certains cas conduira soit à créer des demi-groupes, soit à arriver à ce qu’il y ait moins d’élèves dans une classe », explique Jean-Michel Blanquer. Certains cours pourront donc être dispensés à distance.

Mais le ministre de l’Education nationale accorde aux lycéens le droit, applicable à « jusqu’à la fin de l’année », à avoir des cours « en présence pour la moitié du temps, et avec éventuellement des enseignements à distance pour compléter ».

Jean-Michel Blanquer a communiqué ses souhaits aux proviseurs. « Il convient désormais que [chacun] établisse un plan de continuité pédagogique, mis en œuvre jusqu’aux prochains congés scolaires, qui garantisse au moins 50 % d’enseignement en présentiel pour chaque élève », écrit le ministre dans un courrier transmis jeudi soir, révélé par Le Monde. Une « attention particulière » doit concerner les lycées professionnels.

Annulation des épreuves communes du bac

Dans le cadre du nouveau baccalauréat, « les trois évaluations communes de première et de terminale » vont être remplacées pour l’année 2020-2021 « par la prise en compte des bulletins scolaires ».

« Cette annulation des épreuves communes va vous donner plus de temps, à vous et à vos professeurs, pour avancer dans le programme, pour rattraper aussi des retards possibles qui ont pu être dus au confinement », a justifié le ministre dans sa vidéo.

La mesure n’a aucune incidence sur « la répartition des coefficients », à savoir 60 % pour les notes du épreuves terminales, 40 % pour celles du contrôle continu. « Votre baccalauréat ne change donc pas de nature, ce sont simplement certaines modalités qui évoluent », a précisé le ministre.

Deux sujets aux épreuves de spécialité

Deux sujets seront proposés aux épreuves de spécialité du baccalauréat 2021. « Ce principe vous assure d’avoir étudié en cours au moins un des deux sujets », affirme Jean-Michel Blanquer, y voyant une « mesure d’équité pour tous ».

Le ministre dit avoir « demandé que les sujets soient conçus pour présenter le même degré de difficulté et que des consignes précises et équitables de notation soient préparées ».

D’autres changements peuvent arriver

Le président de la République, Emmanuel Macron, a pris le 24 octobre une ordonnance, permettant des « adaptations » des règles du baccalauréat. Les éventuelles mesures prises seront portées à la connaissance des candidats dans un délai d’au moins deux semaines avant le début des épreuves.

Partager cet article :