Covid-19 : le nouveau protocole à suivre à l'école

Test, isolement, fermeture de classe ou d’établissement… Le protocole sanitaire édité par le ministère de l'Education nationale va être allégé dès le mardi 22 septembre pour empêcher la fermeture systématique des classes en maternelle et en élémentaire dès la découverte d'un cas de Covid-19.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
6mn de lecture
© Augustas Cetkauskas

Trois semaines après la rentrée des classes, environ 500 établissements scolaires, publics ou privés, ont été fermés en France suite à la détection en leur sein de cas avérés d'infection par le coronavirus, selon les informations communiquées par le ministre de l'Education nationale, lundi 21 septembre. L'occasion pour Jean-Michel Blanquer de faire évoluer le protocole sanitaire déjà édicté le 26 août dernier. Et cette évolution semble aller dans le sens de l'allègement pour limiter les fermetures de classes. Ainsi, désormais, dès lors qu'un enfant sera testé positif, il sera isolé chez lui sans que le fonctionnement de sa classe et, a fortiori, de son école, ne soit impacté. Seuls les élèves et enseignants considérés comme "cas contacts" seront également placés à l'isolement le temps que la levée de doute se fasse. 

De fait, Jean-Michel Blanquer en a également profité pour préciser que désormais, la fermeture d'une classe sera envisagée dès la découverte d'au moins 3 cas positifs au Covid-19 en son sein. “Le protocole d’identification des personnes cas contacts, leur isolement éventuel, la fermeture possible de classes, voire d’écoles, sera appliqué lorsque qu’il y aura au moins trois cas confirmés dans la même classe” venant de différentes familles, précise le ministère de la rue de Grenelle.

Pour éviter toute propagation incontrôlée du virus, le protocole sanitaire édité par le gouvernement à la fin du mois d'août reste en vigueur si des cas positifs d’élèves ou de membres du personnel sont recensés dans un établissement.

Diagnostiquer les enfants au plus vite

La vigilance des parents reste le premier des outils de lutte contre l'épidémie. Il leur est conseillé de prendre la température de leur enfant avant le départ pour l’école. En cas de toux ou de fièvre (38°C ou plus), l’enfant devra rester à la maison et il faudra contacter rapidement le médecin traitant. Si l’élève ou un autre membre du foyer est atteint de la Covid-19, ou encore s’ils ont été identifiés contacts à risque, les parents doivent informer l’école ou l’établissement scolaire au plus vite. « Un défaut d’information rapide ne permettrait pas de repérer et interrompre les chaînes de transmission dans l’espacescolaire », précise le protocole sanitaire toujours en vigueur.

Si les symptômes surviennent à l’école, l’élève est immédiatement isolé à l’infirmerie ou dans un espace dédié permettant sa surveillance par adulte et les parents sont contactés sans délai pour venir le chercher. S’il est âgé d’au moins 6 ans, il devra porter un masque. L’enfant ne pourra pas revenir en classe avant le diagnostic et, en l’absence d’information, il devra rester chez lui 14 jours.

Isolement des malades et des cas contacts

Si le test est positif, l’élève ne pourra pas retourner en classe avant un délai défini par son médecin (au plus tôt 10 jours après le test). L’établissement scolaire devra veiller à ce que tous les locaux occupés par le malade au cours des dernières 48 heures soient minutieusement désinfectés. Le directeur d’établissement doit prévenir immédiatement les autorités académiques (IA-Dasen) et l’agence régionale de santé (ARS) et établir une première liste de personnes, élèves ou personnels, susceptibles d’être contacts à risque au sein de l’école et les isole.

L’ARS en lien avec le médecin scolaire prend alors le relais pour effectuer l’enquête épidémiologique et établir la liste des sujets contacts. Sont considérés comme tels tous les enfants et enseignants d’une même classe ainsi que les personnes qui se sont trouvés à moins d’un mètre du malade. Si votre enfant a discuté, pris un repas ou joué à la récré avec un malade, il est considéré comme cas contact et doit rester à l’isolement. En revanche, ce n’est pas le cas s’il l’a simplement croisé dans les couloirs, lors d’un changement de classe par exemple.

Une fois la liste établie, elle est transmise à l’Assurance maladie qui doit informer toutes les personnes de la conduite à tenir (isolement, test) et identifier d’éventuels autres sujets contacts en dehors de l’école. Les parents doivent être informés par l’établissement scolaire des cas confirmés de Covid-19.

Fermeture de classes et d’établissements au cas par cas

Les écoles et établissements scolaires doivent rester au maximum ouverts. La fermeture d’une classe, voire d’un établissement scolaire sera prise au cas par cas, à partir de la liste de cas contacts établis par l’ARS. « Cela peut être la fermeture d’une classe ou la fermeture d’une école, décision prise au plus près du terrain donc par le préfet en lien avec l’ARS, le recteur et en collaboration avec la collectivité territoriale concernée (mairie, département, région selon les cas) », explique l’Education nationale. Pour décider de la fermeture, plusieurs critères seront pris en compte : le nombre de cas confirmés, de cas contacts, la date de survenue des symptômes ou le respect des gestes barrières.

Pour éviter la fermeture totale d’écoles, des mesures plus strictes pourront être prises dans les zones où le virus circule fortement comme par exemple limiter le brassage d’élèves au sein de l’établissement. L’ARS pourra décider de fermer l’établissement si elle juge que trop d’élèves sont considérés à risque en raison d’un brassage trop important ou des rencontres trop nombreuses dans des locaux trop exigus.

Quelle solution pour la garde des enfants isolés ?

En cas de fermeture d’une classe ou d’une école, « un congé parental sera possible », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, au tout début du mois de septembre sur FranceInfo. « Des solutions devront être mises en place » pour aider les parents et assurer la continuité pédagogique. Les enseignants devront assurer l’enseignement à distance via notamment la plateforme du Cned « Ma classe à la maison », les espaces numériques de travail (ENT) et les outils produits en lien avec France Télévisions dans le cadre de l’opération Nation apprenante (cours Lumni).

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :