Confinement : est-il possible de se rendre aux obsèques d’un proche ?

Cérémonie limitée au cercle familial proche, respect des gestes barrières… Pendant la période de confinement, la célébration des obsèques est profondément modifiée.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© michellegibson

Qui peut se rendre aux obsèques d’un proche ?

« L’organisation des cérémonies funéraires demeure possible mais dans la stricte limite du cercle des intimes. Seuls les membres proches de la famille (20 personnes au maximum) ainsi que les desservants de rites funéraires peuvent être présents », indique le gouvernement sur la page d’information consacrée au coronavirus. Et cela, quelle que soit la cause du décès.

Dans un communiqué, le Conseil français du culte musulman invite toutefois « les familles et le personnel funéraire à se rapprocher de la préfecture avant chaque inhumation pour vérifier que des consignes plus strictes n’ont pas été édictées dans la localité concernée en raison de l’évolution de la pandémie de coronavirus à l’échelle de chaque département ». Certaines préfectures limitent en effet à 5 le nombre de personnes présentes.

Le libre choix des obsèques est-il toujours possible ?

Oui, le libre choix des obsèques (inhumation ou crémation) est possible à condition de respecter les dernières volontés du défunt. Un décret publié le 28 mars au Journal officiel rallonge temporairement le délai d’inhumation et de crémation à 21 jours maximum, au lieu de six habituellement. Le préfet peut porter ce délai à plus de 21 jours.

Dans les églises, il n’y a pas de messe mais une simple « célébration » et les proches doivent se répartir dans l’ensemble de l’église. Pour des raisons sanitaires, il n’y a plus de registre de condoléances et il n’est pas possible de toucher le cercueil. Selon Notre Temps, les crémations se déroulent à huis clos, seuls cinq membres de la famille sont autorisés à entrer. Les inhumations dans les cimetières se font en nombre restreint (10 personnes maximum sont autorisées à entrer).

Les gestes barrières doivent-ils être respectés ?

Oui, même dans ces circonstances, les gestes barrières doivent être respectés. Vous devez respecter une distance de sécurité d’au moins un mètre et les embrassades sont proscrites.

Quelle case faut-il cocher sur l’attestation sur l’honneur de déplacement dérogatoire ?

Vous devez vous munir de l’attestation sur l’honneur de déplacement dérogatoire et cochez la case « motifs familiaux impérieux ». Vous pouvez la télécharger et l’imprimer depuis le site du ministère de l’Intérieur ou bien la rédiger sur papier libre.

Qu’est-il prévu dans le cas d’un décès suite au coronavirus ?

Alors que le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) avait indiqué dans un avis rendu le 24 mars, que le corps du défunt infecté ou probablement infecté par le Covid-19 ne nécessitait pas de « mise en bière immédiate en cercueil simple » (dans les 24 heures au maximum après le décès), un décret publié le 2 avril au Journal officiel ordonne une mise en bière immédiate. Les proches n'ont donc pas la possibilité de voir le défunt avant la fermeture définitive du cercueil. Il précise que « les soins de conservation […] sont interdits sur le corps des personnes décédées » et « la pratique de la toilette mortuaire est interdite ». Ces dispositions sont prises jusqu’au 30 avril 2020.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :