Comment éviter que vos enfants soient tentés par les jeux d’argent et de hasard ?

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Des adolescents peuvent pratiquer les jeux d’argent. - Wpadington - iStock

Rien ne va plus. Environ un tiers des adolescents de 15 à 17 ans ont expérimenté au moins un jeu d’argent. C’est ce que fait savoir l’Autorité nationale des jeux (ANJ) dans un communiqué diffusé jeudi 17 février, rapportant les résultats d’une enquête menée entre le 25 mai et le 25 juin 2021 par une association, la Société d’entraide et d’action psychologique (Sedap).

Parmi les 5 000 jeunes de cette tranche d’âge qui ont répondu aux questions posées, 34,8 % indiquent « avoir joué au moins une fois à des jeux d’argent et de hasard au cours des douze mois précédant [la réalisation de] l’étude », souligne l’ANJ, l’autorité administrative indépendante chargée de réguler le secteur.

« Cette pratique, un peu plus marquée chez les garçons, est répandue dans tous les milieux socioculturels. Les mineurs interrogés ont, en moyenne, commencé aux jeux d’argent à 13 ans et 3 mois », précise l’ANJ. Parmi les joueurs, « 78,4 % ont pratiqué des jeux de grattage », principale porte d’entrée dans le jeu pour les adolescents. Près de la moitié (48,4 %) ont essayé des jeux de tirage, tels que le Loto.

Les buralistes ne respectent pas tous l’interdiction aux mineurs. « Si les jeunes savent très largement (73,4 %) que la vente des jeux d’argent leur est interdite, ils ne ressentent pas cette interdiction de vente comme un obstacle », constate l’Autorité nationale des jeux. Dans le détail, 53,1 % des personnes interrogées estiment « qu’il leur est très ou assez facile de jouer à des cartes à gratter ». La proportion atteint 24 % pour les jeux de tirage et 20 % pour les paris sportifs « chez un buraliste ». Les paris sportifs en ligne paraissent très ou assez faciles d’accès pour 25,2 % des adolescents interrogés.

Abordez les dangers des jeux d’argent avec votre enfant

« Le jeu d’argent s’infiltre de plus en plus dans le quotidien des mineurs, relayé par la publicité et par une certaine complicité des parents », remarque la présidente de l’ANJ, Isabelle Falque-Pierrotin, citée dans le communiqué. La précocité de la pratique accroît « le risque d’addiction », rappelle Isabelle Falque-Pierrotin.

Sur le site de l’ANJ, l’Autorité nationale des jeux et l’Union nationale des associations familiales (Unaf) fournissent des conseils destinés à prévenir l’entrée dans le jeu et dans l’addiction.

Devant « l’offre de jeu » et le nombre important de publicités, exprimez « un esprit critique » auprès de votre enfant. Les entreprises du secteur préfèrent maximiser leurs gains plutôt que ceux des joueurs. La mécanique des jeux d’argent repose sur l’aléa. Les chances de gain élevé sont minuscules.

Vous pouvez également mettre en œuvre les recommandations suivantes :

  • abordez avec votre enfant les dangers des jeux d’argent ;
  • soyez vigilant concernant vos émotions face aux jeux d’argent, limitez les pratiques en présence de votre enfant ;
  • faites des jeux avec lui, mais pas des jeux d’argent.

Vous devez vous rappeler qu’un jeu d’argent n’a rien d’« anodin » et « ne doit pas être banalisé ».

La méfiance à l’égard des idées reçues concernant les jeux d’argent

L’Autorité nationale des jeux et l’Unaf appellent à la méfiance à l’égard des idées reçues liées au jeu, que véhiculent des formules comme « la chance du débutant ».

Il ne faut pas encourager « votre enfant à jouer ». Vous pouvez lui préciser que l’interdiction aux mineurs vise « à le protéger d’une pratique qui peut devenir problématique », explique sur son site Joueurs info service.

Si votre enfant commence à jouer, de nouvelles « habitudes de dépense », des « changements d’attitude » ou un « intérêt prononcé pour tout ce qui se rapporte aux jeux d’argent », doivent vous alerter, selon Joueurs info service.

Vigilance si votre enfant « reçoit un assez gros gain »

La vigilance s’impose également si, après ses débuts dans le jeu, votre enfant reçoit « un assez gros gain ». Une telle « situation est souvent à la source de pratiques de jeu à répétition et problématiques. En cas de gain important, aidez-le à placer cet argent et dissuadez-le de le réinvestir dans le jeu », préconise Joueurs info service.

L’addiction aux jeux d'argent peut se transmettre aux enfants. « Un joueur excessif, c’est dix personnes de son entourage » touchées « et dix fois plus de risque que son enfant devienne joueur excessif », soulignent l’ANJ et l’Unaf, en s’appuyant sur les données d’une étude parue dans la revue scientifique Addictive behaviors.

Une écoute auprès de Joueurs info service

Dispositif d’information et de prévention proposé par Santé publique France et l’Agence nationale de santé publique, Joueurs info service propose des conseils par chat ou par téléphone au 09 74 75 13 13. Cette ligne est ouverte tous les jours de 8 heures à 2 heures.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN