Candidature à l’entrée en master refusée : les conditions pour saisir le rectorat se durcissent

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© fotogestoeber.de

Depuis la réforme de 2017, les universités ont la possibilité de sélectionner les étudiants à l’entrée de la première année de master (M1). En contrepartie, la sélection entre le M1 et le M2 a disparu. Un « droit à la poursuite d’études » a, par ailleurs, été créé pour les étudiants titulaires d’une licence qui ne sont admis dans aucun des masters auxquels ils ont postulé. Il leur permet de saisir le recteur de leur région académique afin que ce dernier leur propose une place au sein d’un master. A partir du 1er juin prochain, les conditions d’accès à ce droit seront durcies. Un décret actant les nouvelles modalités de saisine doit être publié au mois de mai.

Quelles sont les nouvelles conditions pour saisir le recteur de l’académie ?

Actuellement, un étudiant qui souhaite faire valoir son droit à la poursuite d’études doit réunir les conditions suivantes :

  • avoir obtenu sa licence lors d’une des trois dernières années universitaires ;
  • avoir effectué au moins deux candidatures en première année de master ;
  • n’avoir reçu aucune réponse positive à ses candidatures en master ;
  • avoir obtenu sa licence ou reçu son dernier rejet de candidature il y a moins de 15 jours.

A partir du 1er juin, il devra avoir candidaté :

  • à au moins 5 master ;
  • dans des mentions de master compatibles avec la mention du diplôme national de licence qu’il a obtenu ;
  • dont au moins deux mentions de master distinctes ;
  • et auprès d’au moins deux établissements d’enseignement supérieur.

Le but est de « garantir que les étudiants aient procédé à une campagne de candidatures efficace avant d’avoir recours à l’accompagnement des services rectoraux », explique le ministère de l’Enseignement supérieur. Le dispositif de saisine est, par ailleurs, étendu à la Nouvelle-Calédonie et à la Polynésie française.

Qui n’est pas concerné par les nouvelles conditions de saisine du rectorat ?

Ces nouvelles dispositions ne concernent pas les étudiants ayant obtenu leur licence dans une région académique ne comportant qu’une seule université : Corse, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française.

Pour les étudiants de ces régions, ce sont les conditions d’éligibilité actuelles qui continuent de s’appliquer.

Comment s’effectue la saisine du recteur ?

La saisine du recteur de région académique s’effectua via le portail trouvermonmaster.gouv.fr dans les 15 jours suivant la date d’obtention de la licence si les refus de candidature ont déjà été notifiés, ou dans les 15 jours suivant le dernier refus s’il intervient après l’obtention du diplôme.

Après avoir saisi le rectorat, une notification de réception de la demande est envoyée par mail. Le rectorat soumet ensuite, dans les meilleurs délais, trois propositions de poursuite d’études en master en lien avec le parcours personnel et le projet professionnel. L’étudiant dispose de 15 jours à compter de la réception de la troisième proposition du rectorat pour accepter l’une des places proposées via le téléservice. Passé ce délai et sans réponse de sa part, elles sont considérées comme refusées.

A partir de juin, une commission d’accès au deuxième cycle de l’enseignement supérieur, réunissant notamment le recteur de région académique et les présidents des universités de la région, examinera, en fin de procédure, les dossiers des étudiants dont la saisine n’a pas encore été traitée avec succès.

Bon à savoir

Avant de solliciter les services rectoraux, les étudiants sont encouragés à se rapprocher des services universitaires d’orientation (SUIO-IP) afin d’être conseillés et accompagnés dans leurs démarches (rédaction d’une lettre de motivation, précision concernant le projet professionnel, etc.).

 

 

A lire aussi