Amazon, eBay, Wish, AliExpress : trop de jouets non-conformes et dangereux

Risque d’étouffement, de blessure ou d’intoxication, de nombreux jouets vendus par des vendeurs tiers sur les marketplaces Amazon, AliExpress, eBay et Wish ne respectent pas les normes de sécurité européennes et seraient dangereux pour les enfants dès l’âge de 6 mois.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© NeoPhoto

« La sécurité des enfants est menacée par le nombre élevé de jouets dangereux vendus par des vendeurs tiers sur des marchés en ligne populaires », alertent dans un communiqué commun la Fédération française des industries jouet et puériculture (FJP) et Toy industries of Europe (TIE). Ces organisations s’appuient sur les résultats d’une enquête portant sur 193 jouets sans marque achetés à des vendeurs tiers sur les sites de vente en ligne AliExpress, Amazon, eBay et Wish. Les tests de sécurité ont été réalisés par le groupe français d’inspection et de certification Bureau Veritas.

Les résultats sont édifiants. Plus de 97 % ne sont pas conformes à la Directive européenne relative à la sécurité des jouets et 76 % des 134 jouets testés présentent des défauts qui les rendent dangereux pour les enfants dès l’âge de 6 mois. « Ces jouets n’auraient pas dû être mis sur le marché », déclare le rapport.

Parmi les jouets testés, certains présentaient un risque d’étouffement dû à de petites pièces qui se détachent facilement – c’est par exemple le cas d’un hochet pour bébé acheté en France sur AliExpress –, au rembourrage de peluches facilement accessible ou à l’emballage en plastique souple pouvant couvrir le nez et la bouche de l’enfant.

D’autres présentaient un risque d’intoxication en raison des niveaux de concentration de phtalates – utilisés pour rendre certains plastiques plus flexibles et difficiles à casser – plusieurs centaines de fois supérieurs à la limite autorisée par l’Union européenne. Des jouets pour le bain achetés aux Pays-Bas sur Wish contenaient 321 fois le niveau de phtalates autorisé, « ce qui représente un grave danger chimique », indique le rapport.

D’autres encore pouvaient blesser en raison d’objets pointus (pistolets avec fléchettes notamment) et des jouets en bois avaient une ficelle trop longue avec laquelle un enfant était susceptible de s’étrangler.

Manque de responsabilité des marketplaces

« Les marketplaces ont été informés en octobre 2019 de la présence de jouets dangereux sur leurs plateformes. Mais leur réaction n’a pas été assez efficace », note le rapport. Alors qu’AliExpress, Amazon et eBay avaient supprimé les jouets dangereux dans les cinq jours ouvrables, « des listes de jouets apparemment identiques restent largement disponibles » en juin 2020 sur AliExpress, Amazon et Wish.

De même, deux des plateformes (AliExpress et eBay) n’ont pas informé les clients qui avaient acheté un jouet défectueux ou non-conforme. Plus de deux mois après, une troisième plateforme (Wish) n’avait envoyé que 12 communications sur 31 jouets déclarés comme potentiellement dangereux et sans préciser pourquoi.

Alors que les consommateurs se fournissent de plus en plus sur internet – les achats en ligne représentent 28 % du total des ventes de jouets en France en 2019 (+ 7 % en un an) – la FJP et TIE demandent à l’Union européenne d’être beaucoup plus sévère envers les revendeurs sur internet.

Les révisions prévues en 2020 des réglementations européennes (la directive e-commerce de 2001 et la directive Sécurité générale des produits-2001/95/UE) sont l’occasion de « définir de nouvelles obligations qui contraindraient les places de marché à faire plus pour prévenir, réagir et filtrer les activités des vendeurs tiers », affirment la FJP et TIE. Les plateformes devraient pouvoir « contrôler si le fabricant a mené la procédure d’évaluation de la conformité appropriée et a établi une documentation technique conforme aux exigences imposées par l’UE ».

Comment bien choisir un jouet ?

Avant d’acheter un jouet sur Internet, la Fédération française des industries jouet et puériculture (FJP) recommande de vérifier :

  • le nom du vendeur (est-ce une marque ou une entreprise que vous reconnaissez ? Si ce n’est pas le cas, s’agit-il d’une véritable entreprise ? Trouvez-vous un site web ou une adresse en effectuant une recherche en ligne ?
  • si le prix est comparable à celui de produits similaires. S’il est nettement moins cher, méfiez-vous. Le vendeur a pu réduire les coûts liés à la sécurité.

A l’arrivée du jouet, pensez également à vérifier :

  • si l’adresse du fabricant ou de l’importateur européen figure sur l’emballage. Il s’agit d’exigences légales pour tous les jouets vendus dans l’UE
  • la présence du marquage CE qui signifie que le produit est conforme à des exigences de sécurité sévères et précises, fixées au niveau européen
  • si la mention « ne convient pas à un enfant de moins de 36 mois » est inscrite.
df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :