Etre femme et handicapée : deux obstacles pour accéder à l’emploi

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

La 20e Semaine de l’emploi des personnes handicapées a débuté lundi 14 novembre. À cette occasion, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a publié un rapport sur l’emploi des femmes en situation de handicap.

L’étude pointe une « carence en matière de connaissances statistiques de la situation des personnes en situation de handicap, et plus particulièrement un défaut de données genrées ». Toutefois, elle a pu dresser plusieurs constats.

Depuis la loi du 10 juillet 1987, toute entreprise ou administration d’au moins 20 salariés est tenue d’employer à temps plein ou à temps partiel 6 % de travailleurs handicapés. Malgré cette politique volontariste, les femmes en situation de handicap sont « plus éloignées de l’emploi que leurs homologues masculins ». Elles rencontrent des obstacles et des discriminations dans leur accès à l’emploi et dans leur carrière « parce qu’elles sont femmes, parce qu’elles sont handicapées ». Elles sont également confrontées à des « inégalités et discriminations spécifiques combinant genre et handicap ».

Peu de modèles de réussite reconnus

Peu d’entre elles « représentent des modèles de réussite reconnus ». Elles « semblent totalement absentes de nombreuses sphères de la société (où les hommes handicapés sont eux-mêmes rares) sans que cela constitue un enjeu : médias, politique, monde des affaires, arts, etc ». Or, l’absence de modèle positif alimente « les phénomènes d’autocensure ».

Chez les cadres, l’impact du handicap est très fort. Si 10 % des hommes reconnus handicapés sont cadres (contre 21 % des hommes en général), il n’y a que 1 % de femmes cadres (14 % de l’ensemble des femmes qui travaillent).

« L’augmentation des femmes dans les catégories socioprofessionnelles inférieures (ouvrières) et leur surexposition aux maladies professionnelles peuvent accentuer ces freins dans les carrières des femmes handicapées », estime le rapport. Toutes ces difficultés s’accumulent et ont des « conséquences majeures sur les retraites de ces femmes ».

12 recommandations

Pour remédier à cette situation, le rapport émet douze recommandations. Parmi elles, l’harmonisation de la définition du handicap au sein des différentes études, la systématisation de la prise en compte du sexe dans l’élaboration des statistiques, la promotion de modèle de réussite de femmes en situation de handicap ou encore la poursuite de la lutte contre les stéréotypes de genre dans l’éducation.

POUR ALLER PLUS LOIN