Etats généraux de l’alimentation : les citoyens peuvent participer

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Vous pouvez répondre à dix questions autour de l'agriculture et de l'alimentation.

« Le bonheur n’est pas toujours dans le pré, mais nous les Français sommes attachés à notre alimentation », déclarait le Premier ministre, Edouard Philippe, lors du lancement des états généraux de l’alimentation le 20 juillet dernier. Ce Grenelle, piloté par le ministère de l’Agriculture avec l’implication de 11 ministères, vise à apporter des réponses à la crise agricole.

Au programme, deux grands chantiers de réflexion. Le premier portera sur la répartition de la valeur entre les différents maillons de la filière alimentaire. Objectif : mieux rémunérer les agriculteurs. En 2016, un sur deux a gagné moins de 354 € par mois selon la Mutuelle sociale agricole (MSA). Leur grande détresse se traduit par un suicide tous les trois jours.

Quant au deuxième chantier des discussions, il doit permettre de trouver des solutions pour promouvoir une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous. Ces travaux n’interviendront qu’entre octobre et novembre.

Entre la fin du mois d’août et du mois de novembre, se dérouleront 14 ateliers thématiques autour des deux axes de réflexion. Ils associeront l’ensemble de la filière agroalimentaire : représentants des agriculteurs, des industries de transformation et de la distribution, associations de consommateurs, acteurs de l’économie sociale et solidaire, etc.

Même les citoyens sont invités à donner leur avis sur le site Internet www.egalimentation.gouv.fr spécialement créé pour l’occasion. « Par son ampleur, cette consultation citoyenne est un exercice de démocratie participative inédit », souligne le ministère de l’Agriculture.

Quatre manières de contribuer au débat

Pour y participer, vous devez d’abord vous créer un profil sur le site. Puis, vous pouvez :

  • donner votre avis sur les propositions formulées par le gouvernement ou les autres contributeurs en votant ou en argumentant ;
  • donner des causes qui pourraient être à l’origine des problèmes identifiés par le gouvernement ;
  • proposer des pistes de solutions pour y répondre ;
  • et référencer des sources informatives.

Pas moins de dix questions autour de la production, de la distribution, de la consommation et de l’exportation attendent vos contributions. Parmi lesquelles : comment accompagner la transformation de notre agriculture, comment mieux informer les agriculteurs ou encore comment favoriser la sécurité sanitaire de notre alimentation ?

Vous avez jusqu’à la fin du mois d’octobre pour participer. Les réponses seront analysées au fur et à mesure afin de nourrir les réflexions. Et au cours du mois de novembre, le gouvernement rendra publiques les solutions envisagées.

A lire aussi