TPE, PME : le plan du gouvernement pour accélérer la transition écologique

Outil d’autodiagnostic gratuit, prêts vert et économies d’énergie… La ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a présenté dix mesures destinées à aider les petites et moyennes entreprises de tous secteurs à se verdir.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© SeventyFour/Montage Dossier Familial

A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a présenté ce vendredi 5 juin un plan pour accélérer la transition écologique des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME). Face à la crise économique, « c’est la meilleure stratégie d’attractivité et de croissance pour créer de nouvelles activités, de l’emploi et de la richesse », considère la ministre. Ce plan de 250 millions d’euros, lancé avec la banque publique Bpifrance et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), s’articule autour de dix mesures destinées à diagnostiquer, financer et accompagner la conversion des entreprises. En voici les principales.

Deux diagnostics pour identifier les actions à mener

Les entrepreneurs vont pouvoir réaliser un auto-diagnostic de leur niveau de maturité vis-à-vis de la transition écologique et énergétique grâce à un nouvel outil en ligne, le climatomètre. Gratuit, il est accessible sur le site de Bpifrance. L’auto-évaluation prend une quinzaine de minutes. Ils pourront recevoir des recommandations personnalisées et accéder à des ressources complémentaires pour poursuivre leur démarche comme des formations en ligne.

Les PME industrielles, de restauration, de distribution, de l’hôtellerie, de l’hébergement et de l’artisanat pourront également réaliser un diagnostic plus poussé à un coût réduit. Ce dispositif, baptisé « Diag éco-flux », sera mené par des bureaux d’études d’experts en optimisation de flux (énergie, eau, matières et déchets). Le but est d’accompagner les entreprises dans la mise en œuvre d’action concrètes.

Ce dispositif s’appuiera, pour les PME de plus de 20 salariés, sur le réseau de Bpifrance et sera proposé en 2020 et 2021 au tarif de 1 000 € pour les sites d’entreprises de 20 à 49 salariés et de 1 500 € pour ceux de 50 à 250 salariés, soit 25 % du coût. Le dispositif sera disponible dès le 16 juin sur le site www.diagecoflux.bpifrance.fr.

Pour les entreprises de moins de 20 salariés, le dispositif est porté par l’Ademe en partenariat avec les CCI et les CMA. Elles n’auront à payer un forfait de 250 € que si elles identifient au moins 500 € d’économies annuelles.

Deux prêts pour financer la transition écologique

> Un prêt vert Ademe-Bpifrance

Pour financer les actions préconisées par le « Diag éco-flux » ou d’autres projets accompagnés par l’Ademe, les entreprises pourront souscrire un prêt vert, garanti et bonifié grâce au soutien financier de l’Ademe, d’une durée pouvant aller jusqu’à dix ans et bénéficiant d’un différé d’amortissement maximum de deux ans. Son montant pourra aller jusqu’à un million d’euros.

> Un prêt "économies d’énergie"

Ce prêt, octroyé par Bpifrance, est garanti et bonifié grâce au programme de certificat d’économies d’énergie (CEE) porté par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Il s’adresse aux PME de plus de 3 ans engageant un programme d’investissements dans le but d’améliorer leur efficacité énergétique. Il finance les équipements éligibles aux CEE des secteurs « bâtiment tertiaire » et « industrie » ainsi que les prestations, matériels et travaux liés (notamment audit ou diagnostic énergétique, installation des équipements, etc.) pour un montant pouvant aller jusqu’à 500 000 €. La durée du prêt va de trois à sept ans et bénéficie d’un différé d’amortissement du capital de deux ans maximum. Ce prêt devrait permettre d’accompagner près de 1 000 entreprises d’ici 2025 pour un volume total de 137,5 millions de prêts.

Un coq vert pour identifier les entreprises engagées dans la transition écologique

Ce plan s’accompagne du lancement d’un club réunissant des PME ayant mené des actions concrètes portant sur la transition écologique et qui aura pour emblème un coq vert, inspiré du coq bleu de la French Fab. Ces ambassadeurs accepteront de témoigner et d’ouvrir les portes de leur entreprise.

Un programme pour accompagner la transition bas carbone

Bpifrance et l’Ademe ont mis en place, depuis l’automne 2019, un dispositif pour accompagner des entreprises de tous secteurs d’activité dans la conduite de projets de transition bas carbone. Le but est d’épauler l’entrepreneur et de définir un plan d’actions détaillé et de sécuriser les premières étapes du déploiement des projets de transition.

Mobiliser les étudiants et jeunes diplômés

Depuis novembre 2018, le gouvernement a mis en place, avec le soutien de Bpifrance, le programme « Volontariat territorial en entreprise ». Il permet à des étudiants à partir du niveau bac+2 et à des jeunes diplômés depuis moins de deux ans d’accéder à un poste à responsabilités dans une PME ou une ETI (entreprise de taille intermédiaire) pendant au moins un an. Pour accélérer la transition énergétique, le gouvernement lance un volet vert.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :