Télétravail : 10 astuces pour faire des économies d’énergie

Alors que le télétravail est recommandé pour la rentrée en raison de la dégradation de la situation épidémique, voici dix gestes numériques à adopter chez soi pour limiter sa consommation d’énergie.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© RomoloTavani

Largement expérimenté ces derniers mois en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, le télétravail est toujours recommandé par le gouvernement pour la rentrée, notamment dans les zones où le virus circule activement. Si cette forme d’organisation du travail permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux transports, elle aggrave la pollution numérique.

Echanges professionnels, recherches sur internet, visioconférences… En télétravail, nous utilisons toute la journée des équipements informatiques qui consomment de l’énergie. Le numérique représente aujourd’hui 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon le cabinet d’expertise GreenIT. Et, au rythme actuel, cela devrait doubler d’ici 2025. En adoptant quelques bonnes pratiques, il est pourtant possible d’alléger sa consommation d’énergie, comme le montre l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Mettez vos sites web fréquemment consultés en favoris

Une requête web aura plus ou moins d’impact selon le temps de recherche et le nombre de pages consultées. Aller directement à l’adresse du site permet de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, vous pouvez consulter l’historique de votre navigateur, créer des favoris (très pratique), taper l’URL exacte ou taper des mots-clés précis lorsque vous effectuez une recherche.

Bon à savoir

Le choix du matériel sur lequel vous travaillez a aussi un impact ! Une recherche d’une minute sur Internet consomme 100 watts sur un ordinateur fixe, 20 watts sur un ordinateur portable, quelques watts sur une tablette et encore moins sur un téléphone.

Fermez les onglets et pages consultés

Une fois votre recherche aboutie, pensez à fermer les pages internet. Les navigateurs web réactualisent régulièrement les pages restées ouvertes en faisant appel à des serveurs très consommateurs d’énergie. Il est également conseillé de fermer les onglets non utilisés et de supprimer régulièrement les cookies pour alléger les serveurs informatiques.

Envoyez des mails les plus légers possibles

Lorsque vous envoyez un mail, veillez à :

  • bien cibler vos destinataires (multiplier par 10 le nombre de destinataires d’un mail, c’est multiplier par 4 son impact environnemental !) ;
  • compresser la taille des pièces jointes ou les envoyer grâce à des sites de dépôt temporaire ;
  • créer une signature sans image ni logo pour les échanges internes et les contacts bien établis ;
  • utiliser la messagerie instantanée de l’entreprise pour échanger avec un collègue plutôt que de lui envoyer un mail.

Bon à savoir

Selon l'organisation Carbon Literacy Project, un e-mail standard génère environ 4 g de CO2 ; avec une pièce jointe volumineuse, il produit jusqu'à 50 g de CO2. Envoyer une photo de vacances de 1 Mo à dix personnes équivaudrait ainsi à parcourir 500 mètres en voiture

Faites le ménage dans votre boîte mail

Conserver des mails ou des newsletters pollue aussi ! Les hébergeurs doivent, en effet, faire tourner des serveurs en permanence pour les garder stockés dans votre boîte mail. Pour éviter ce gaspillage d’énergie, supprimez les mails inutiles et les spams, désabonnez-vous des newsletters que vous ne lisez pas et videz régulièrement la corbeille.

Limitez le poids des réunions en ligne

Privilégiez les échanges en audio plutôt qu’en visio. Le flux de données en audio consomme 1 000 fois moins de bande passante que la vidéo. De même, il est conseillé de ne pas envoyer les documents à télécharger pour la réunion par mail mais de les déposer sur un serveur local ou une boîte de partage. Un mail parcourt environ 15 000 km de câbles pour arriver à destination.

Faites le ménage dans le cloud

Le cloud (nuage) donne l’impression d’être un espace de stockage infini et éternel mais de grandes quantités de données (photos, vidéos, musique, etc.) s’accumulent et entraînent une surconsommation d’énergie des infrastructures et des serveurs supplémentaires pour le stockage. Pour y remédier, il est préférable de stocker le maximum de données sur ses équipements (ordinateurs, disque dur externe).

Modérez le streaming vidéo

Vous travaillez en musique ? Evitez le streaming audio, les clips musicaux et privilégiez la radio ou téléchargez vos musiques préférées. De même, limitez les films et vidéos en streaming. Mieux vaut les télécharger ou utiliser une résolution réduite. Les vidéos en ligne représentent, en effet, 60 % du flux mondial de données et sont responsables de près de 1 % des émissions mondiales de CO2 !

Utilisez le Wi-Fi plutôt que la 4G sur les téléphones portables

Sur votre téléphone portable, utilisez de préférence le Wi-Fi lorsque vous êtes chez vous. Une connexion Wi-Fi consomme moins et sollicite moins le réseau que la 4G ou la 5G.

Désactivez les transferts automatiques de données des téléphones portables

Désactivez les transferts automatiques vers le Cloud ainsi que les téléchargements et mises jour automatiques des applications mobiles.

Eteignez votre ordinateur pendant les pauses

Au-delà d’une heure de pause, l’Ademe recommande d’éteindre votre ordinateur. En veille, il consomme encore 20 à 40 % de sa consommation en marche. Et en fin de journée, déconnectez ou débranchez tous vos appareils.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :