Restriction d’eau : votre département est-il concerné ?

Interdiction de laver les voitures, d’arroser les jardins, les potagers ou les espaces verts à certaines heures… Des mesures de restriction de l’usage de l’eau ont été prises dans 64 départements qui ont été placés en état d’alerte.
3mn de lecture
Dans 24 départements, les préfets ont adopté des mesures de restriction pour économiser l’eau.
Dans 24 départements, les préfets ont adopté des mesures de restriction pour économiser l’eau.

La France souffre d’un manque de pluie sur une très grande partie du pays, a averti Météo-France alors que 64 départements métropolitains sont concernés par au moins un arrêté préfectoral limitant l’usage de l’eau (au-dessus du niveau de vigilance), selon un décompte daté du 17 juillet.

La carte des zones concernées est consultable sur le site Propluvia, édité par le ministère de la Transition écologique. Il suffit de cliquer sur une zone géographique pour connaître les mesures de limitation ou d’interdiction d’usage de l’eau et la date de début et de fin de validité de l’arrêté préfectoral.

Quatre niveaux de restriction d’eau existent

- Les zones en gris sont en vigilance : information et incitation des particuliers et des professionnels à économiser l’eau.

- Les zones en jaune sont en alerte : réduction des prélèvements en eau à des fins agricoles inférieure à 50 % ou interdiction jusqu'à 3 jours par semaine, mesures d'interdiction d'activité nautique, interdiction à certaines heures d'arroser les jardins, les espaces verts, les golfs, de laver sa voiture...

- Les zones en orange sont en alerte renforcée : réduction des prélèvements à des fins agricoles d’au moins 50 % ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine, limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins, des espaces verts, des golfs, lavage des voitures pouvant aller jusqu’à l’interdiction totale.

- Les zones en rouge sont en crise : arrêt des prélèvements non prioritaires y compris à des fins agricoles, seuls les prélèvements en relation avec la santé, la sécurité civile, l'eau potable ou encore la salubrité étant autorisés.

> A LIRE : Canicule : les astuces pour garder son logement au frais

La carte des 64 départements concernés

© Propluvia

Parmi les 64 départements concernés, 21 sont en situation de crise (en rouge) : l’Allier, le Cher, la Côte-d’Or, la Creuse, les Deux-Sèvres, la Dordogne, l’Eure-et-Loir, le Gers, la Haute-Garonne, l’Indre, l’Indre-et-Loire, la Loire-Atlantique, le Loir-et-Cher, le Loiret, le Lot, le Maine-et-Loire, le Puy-de-Dôme, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, la Vendée et la Vienne.

16 sont en alerte renforcée (en orange) : l’Ain, l’Ardèche, l’Aveyron, l’Aude, la Charente, la Charente-Maritime, le Gard, la Haute-Vienne, l’Hérault, l’Isère, le Lot-et-Garonne, la Mayenne, les Pyrénées-Orientales, le Rhône, la Sarthe et la Seine-et-Marne.

27 sont en alerte (en jaune) : l’Aube, le Cantal, le Doubs, la Drôme, l’Eure, le Haut-Rhin, la Haute-Loire, la Haute-Saône, la Haute-Savoie, le Jura, les Landes, la Loire, la Lozère, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Nièvre, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais, les Pyrénées-Atlantiques, la Seine-Maritime, la Saône-et-Loire, le Territoire de Belfort, le Val-de-Marne, le Var, les Vosges et l’Yonne.

7 ont été placés en vigilance (en gris) : la Corrèze, la Corse, l’Ille-et-Vilaine, la Savoie, la Somme, le Vaucluse.

A noter : lorsqu’un arrêté préfectoral est pris, il doit être affiché à la mairie de chaque commune concernée et être publié dans les journaux régionaux ou locaux.

Que risque-t-on à ne pas respecter les consignes ?

Le respect des arrêtés préfectoraux est assuré par une police de l’eau. Ses agents, venus de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) ou des directions départementales des territoires (DDT), sont placés sous l’autorité du préfet. Ils sont chargés de mener des contrôles et peuvent administrer des sanctions. Conformément à l’article R. 216-9 du Code de l’environnement, l’infraction est punie par une contravention de 5e classe : une amende de 1 500 € maximum, portée à 3 000 € en cas de récidive.

À lire aussi
df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus