Pourquoi avez-vous reçu un bon pour retirer des pastilles d’iode en pharmacie ?

Cette campagne de distribution s’adresse aux personnes habitant dans un rayon de 10 à 20 kilomètres autour des centrales nucléaires.
2mn de lecture
La centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne), le 19 juillet dernier.
La centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne), le 19 juillet dernier. © Régis Duvignau – Reuters

Les foyers et les établissements accueillant du public situés dans un rayon compris entre 10 et 20 kilomètres autour d’une des 19 centrales nucléaires françaises, ont reçu ou doivent recevoir dans les prochains jours un courrier les invitant à retirer gratuitement en pharmacie une ou des boîtes de comprimés d’iode stable.

Au total, 2,2 millions de personnes et 200 000 établissements sont concernés. Vous devez chercher ces oligoéléments dans les pharmacies participantes, après une campagne de distribution lancée en 2016 qui visait les riverains présents dans un rayon compris entre 0 et 10 kilomètres autour des centrales.

Les établissements accueillant du public désignent notamment les écoles, les entreprises, les commerces, les administrations, les gares, les cabinets médicaux, les installations sportives ou les lieux de culte.

Si vous n’avez pas reçu le bon de retrait, vous pouvez présenter un justificatif de domicile en pharmacie pour obtenir des comprimés.

Une opération préventive

L’opération est menée à titre préventif. Comme l’explique l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), en cas d’accident dans une centrale, « le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire pour les personnes ». Lorsqu’il est « respiré ou avalé », ce produit cancérogène « se fixe sur la glande thyroïde, organe essentiel à la régulation hormonale » situé sur le devant du cou, rappelle l’ASN. « La prise de comprimés d’iode stable permet de saturer la glande thyroïde qui, ainsi, ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif », précise l’Autorité.

La campagne est aussi conçue pour « sensibiliser les riverains » des centrales « aux risques potentiels liés à une installation nucléaire et aux moyens de s’en protéger ».

10 comprimés par boîte

Chaque boîte fournie contient 10 comprimés d’iode stable dosés à 65 milligrammes. La posologie est la suivante :

  • 2 comprimés pour les personnes de plus de 12 ans ;
  • 1 comprimé pour les enfants de 3 à 12 ans ;
  • un demi-comprimé pour les bébés de 1 mois à 3 ans ;
  • un quart de comprimé pour les nouveau-nés jusqu’à 1 mois.

Selon l’ASN, « les allergies connues à l’iode sont extrêmement rares », aucune contre-indication majeure n’existant.

6 réflexes pour bien réagir

L’ASN donne six conseils à suivre lors d’un accident nucléaire :

  • se mettre rapidement à l’abri dans un bâtiment ;
  • se tenir informé des consignes de protection fournies par les pouvoirs publics ;
  • ne pas aller chercher ses enfants à l’école, où ils sont pris en charge par les enseignants ;
  • limiter ses communications téléphoniques ;
  • prendre de l’iode dès que cette instruction est donnée par le préfet ;
  • se préparer à une éventuelle évacuation.

Pour en savoir plus, consultez le site www.distribution-iode.com.

Vous pouvez aussi utiliser le numéro vert 0 800 96 00 20, du lundi au vendredi de 10 heures à 18 heures et le samedi de 10 heures à 12 heures.

df
Timour Aggiouri
Publié le