Pollution : 1,2 million de véhicules bientôt interdits dans le Grand Paris

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Riccardo Milani / Hans Lucas via Reuters Connect

C'est une échéance à laquelle beaucoup d'automobilistes franciliens s'attendent depuis un moment, tout en espérant qu'elle n'arriverait pas. Ce devait être le 1er juillet 2022, ce sera pour 2023. Une grande partie de la métropole du Grand Paris verra ses restrictions de circulation appliquées aux véhicules les plus polluants durcies. 

Tous les véhicules classés en Crit'Air 3 n'auront plus le droit de circuler dans la zone à faibles émissions de la métropole parisienne durant les jours de la semaine entre 8 heures et 20 heures (voir carte). 

Fermer
© Métropole du Grand Paris

Plus de 1,2 million de véhicules concernés

La catégorie 3 de l'échelle Crit'Air désigne tous les véhicules à essence immatriculés avant le 1er janvier 2006 et ceux qui roulent au diesel immatriculés avant le 1er janvier 2011. 

Selon les calculs de nos confrères du Parisien, cela concerne 573 766 véhicules au sein de la Métropole du Grand Paris et 1 236 610 véhicules sur l'ensemble de la région Île-de-France, qui compte plus de 12 millions d'habitants.  

Pour rappel, les véhicules classés Crit'Air 4 (diesels immatriculés avant le 1er janvier 2006 ; deux-roues motorisés immatriculés avant juillet 2004), Crit'Air 5 (diesels plus anciens ; essences d'avant le 1er janvier 1997 ; deux-roues motorisés d'avant le 1er juin 2000) ainsi que les non-classés sont déjà exclus de la zone à faible émissions de la métropole parisienne. 

Consultez le guide pratique "Je change de voiture"

Une check-list pour ne rien oublierDes outils pratiquesTous les articles utiles

Consultez le guide pratique "Je change de voiture"

Des aides locales et nationales pour changer de véhicule

Afin de palier à ces interdictions de circulation progressives qui, comme le rappelle Le Parisien, impactent particulièrement les automobilistes les plus modestes, de nombreuses aides souvent soumises à conditions sont disponibles pour s'équiper d'un véhicule en règle. 

Il est en effet possible, sous conditions de revenus, d'usage (trajets domicile-travail), de catégorie (professionnelle ou personnelle) ou encore de nature de l'achat (véhicule significativement mois polluant) de bénéficier d'une aide au moment de l'achat d'un nouveau véhicule. 

Le bonus écologique disponible à l'échelle nationale s'élève ainsi jusqu'à 6 000 € tandis que la prime à la conversion culmine, elle, jusqu'à 5 000 €. La Métropole du Grand Paris offre jusqu'à 6 000 € aux foyers les plus modestes pour changer son véhicule polluant tout comme la région Île-de-France et la ville de Paris qui consacrent leurs aides aux professionnels. 

POUR ALLER PLUS LOIN