Biocarburants : l’huile de palme bientôt exclue de l’avantage fiscal

Les députés ont rejeté l’amendement repoussant de 2020 à 2026 la sortie de l’huile de palme de la liste des biocarburants bénéficiant de l’avantage fiscal.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Jean-Paul Pelissier-Reuters

Après 24 heures de polémique, l’Assemblée nationale a finalement fait marche arrière.  Par 58 voix contre 2, les députés ont rejeté, vendredi 15 novembre au soir, l’amendement repoussant de 2020 à 2026 la sortie de l’huile de palme de la liste des biocarburants qui bénéficient d’un avantage fiscal. Adopté la veille en quelques instants et sans débat, dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de loi de finances pour 2020, l’amendement - qui avait reçu un avis favorable du gouvernement - avait suscité la colère d’élus de la majorité et des associations écologistes. Le Premier ministre, Edouard Philippe, avait alors demandé la tenue d’un second vote, suivi par la commission des Finances qui a réclamé une nouvelle délibération.

L’amendement devait satisfaire les demandes du groupe pétrolier Total qui produit actuellement du carburant à base d’huile de palme dans la nouvelle bio-raffinerie de la Mède (Bouches-du-Rhône), près de Marseille. Selon le groupe, la fin de l’exonération fiscale représente une perte de 70 à 80 millions d’euros par an et menace la viabilité du site de la Mède.

Huile de palme, cause de déforestation massive en Asie du sud-est

Peu coûteuse, l’huile de palme est utilisée depuis des années par les industriels dans l’alimentation, les cosmétiques, les produits d’entretien mais aussi comme biocarburant. 53 % de l’huile de palme importée en Europe y est dédiée, un chiffre qui grimpe à 75 % en France. Or, la demande en hausse constante est responsable de de la déforestation des forêts tropicales des principales régions productrices (Indonésie, Malaisie, Bornéo et Sumatra). « Rien qu’en Indonésie, 24 millions d’hectares de forêts tropicales ont été détruits entre 1990 et 2015, soit un million d’hectares par année, ou un terrain de football toutes les 25 secondes », selon Greenpeace. Une déforestation massive qui place l’Indonésie dans le peloton de tête des pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre.

Le Parlement européen prévoit d’interdire l’huile de palme pour les biocarburants d’ici à 2030.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :