En 5 ans, le nombre de chômeurs handicapés a augmenté de 65 %

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
En moyenne, une personne handicapée reste 788 jours au chômage.

Il y avait 486 546 chômeurs handicapés en 2015. En 2011, ils étaient 295 601. Soit une hausse de près de 65 %, d’après un rapport de l’Association des paralysés de France (APF) publié mardi 8 novembre.

En 2012, pendant sa campagne présidentielle, François Holllande s’était engagé à « garantir l’existence d’un volet handicap dans chaque loi » et à « renforcer les sanctions en cas de non-respect des 6 % de travailleurs handicapés dans les entreprises, les services et les collectivités ». En 2015, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Le taux de chômage des personnes handicapées atteint 21 %, soit le double de celui des travailleurs valides (10,5 %).

788 jours au chômage en moyenne

En moyenne, une personne handicapée reste 788 jours au chômage contre 577 pour le reste de la population. Et « 46 % des chômeurs handicapés ont 50 ans et plus, contre 23 % pour l’ensemble du public ».

Comment expliquer une telle hausse ? Selon l’association, le gouvernement est en partie responsable puisqu’il n’a « cessé de ponctionner dans les fonds privés et publics pour l’insertion des personnes handicapées ». En 3 ans, 204 millions d’euros ont manqué dans les caisses de ces fonds. Pour l’APF, il faut réviser le modèle économique des fonds privés et publics pour qu’ils puissent assurer demain leurs missions d’accès et de maintien dans l’emploi.

Le cumul prime d’activité et AAH

Paradoxalement, les entreprises et les administrations embauchent de plus en plus de travailleurs handicapés. Ils sont 4,9 % dans le public et 3,1 % dans le privé. Ce phénomène s’explique par une augmentation du nombre de salariés demandant leur reconnaissance de la qualité de travail en situation de handicap (RQTH). Ce statut permet de bénéficier d’aides spécifiques.

L’Association salue tout de même la mise en place par le gouvernement du cumul entre la prime d’activité et l’allocation adulte handicapée (AAH). Depuis juillet 2016, l’AAH est prise en compte pour le calcul de la prime d’activité. « C’est un gain de pouvoir d’achat non négligeable pour au moins 400 000 personnes. »

Depuis fin 2013, l’APF a créé un espace emploi sur son site Internet destiné à mettre en relation les employeurs et salariés handicapés à la recherche d’un emploi, d’un stage ou d’une formation en alternance. Aujourd’hui, 3700 offres d’emploi et 1400 CV sont en ligne. Dans l’optique des élections présidentielle et législatives de 2017, l’Association souhaite proposer des solutions pour l’insertion des personnes handicapées via sa plateforme collaborative #2017Agirensemble.

A lire aussi