Travailleurs précaires : l’aide mensuelle de 900 € prolongée jusqu’à fin août

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© SARAH MEYSSONNIER - Reuters Connect

Bonne nouvelle pour les travailleurs précaires, saisonniers, intérimaires ou extras, durement touchés par les conséquences économiques de la crise sanitaire. L’aide exceptionnelle de l’Etat de 900 € maximum par mois versée par Pôle emploi, va être prolongée de trois mois, soit jusqu’à la fin du mois d’août, a annoncé la ministre du Travail, Elisabeth Borne, ce mercredi 12 mai, au micro de Franceinfo.

Depuis son instauration en novembre dernier, près de 600 000 personnes ont déjà pu en bénéficier. « C’est important de continuer à accompagner ces demandeurs d’emploi le temps de la reprise de l’activité économique », a expliqué Elisabeth Borne.

A qui s’adresse cette aide ?

Pour rappel, cette aide s’adresse aux « permittents » – les salariés alternant contrats courts et périodes de chômage (indemnisé ou non) – « qui ont travaillé au moins 138 jours en CDD ou en intérim (soit plus de 60 % du temps de travail annuel), au cours de l’année 2019, mais qui n’ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits à l’allocation-chômage du fait de la crise ».

Pour en bénéficier, vous devez remplir plusieurs conditions :

  • être inscrit à Pôle emploi jusqu’au dernier jour du mois civil ;
  • avoir actualisé sa situation chaque mois ;
  • résider sur le territoire national ;
  • sur la durée totale d’activité exercée en 2019, au minimum 70 % doit avoir été effectuée en CDD ou contrat de mission d’intérim;
  • avoir un niveau de ressources inférieur à 900 € au cours du mois écoulé, qu’il s’agisse de revenus d’activités salariées ou non, d’allocations versées par Pôle emploi, la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA) ou de la rémunération de fin de formation (RFF) ou de la rémunération formation de Pôle emploi (RFPE) ;
  • et, si vous êtes indemnisé par Pôle emploi, une allocation chômage inférieure à 33 € brut par jour.

Quel est le montant de l’aide ?

Le montant mensuel de la prime exceptionnelle s’élève à :

  • 335 € net si vous percevez le RSA ;
  • 900 € net maximum si vous ne percevez aucun revenu d’activité professionnelle ni revenu de remplacement (allocations, aides), ni RSA.

En revanche, si vous avez travaillé au cours du mois écoulé, le revenu d’activité professionnelle brut sera pris en compte à hauteur de 60 % et viendra en déduction du montant de la prime.

Par exemple, si vous percevez un revenu de 500 € bruts en décembre, vous devez déduire 60 % de la somme, soit 300 €. Vous recevez 600 € de prime.

De même, si vous percevez une allocation chômage, son montant est déduit en totalité du montant de la prime.

Par exemple, si vous percevez une allocation chômage de 25 € par jour, soit 775 € par mois, le montant de la prime sera de 900 – 775 = 125 €.

Quelles sont les démarches à effectuer ?

En principe, si vous avez droit à la prime, vous n’avez aucune démarche à accomplir. Chaque mois, Pôle emploi vérifie que vous remplissez les conditions et vous informe du versement de la prime par SMS ou mail. Si toutefois, des pièces complémentaires sont nécessaires pour vérifier votre éligibilité, vous en serez informé par courrier. 

Quand est versée la prime ?

Les versements sont effectués en fin de mois. Le dernier versement, au titre du mois d’août, aura donc lieu fin septembre.

A lire aussi