Salaire : combien gagne un agent de la fonction publique de l’Etat ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Drazen Zigic

Agents des impôts, enseignants, policiers… En 2019, la fonction publique de l’Etat comptait 2,2 millions d'agents, d’après une étude de l’Insee publiée lundi 7 juin. Tous statuts confondus, le salaire net moyen s’élevait à 2 599 € nets par mois en équivalent temps plein, c’est-à-dire à hauteur de la durée de travail légale. Soit une hausse de 1 % par rapport à 2018. Hors bénéficiaires des contrats aidés, la hausse est, toutefois, réduite à 0,6 %. Et corrigé de la hausse des prix, le salaire est quasi stable (-0,1 %).

Les fonctionnaires de catégorie A gagnent en moyenne 3 005 € nets par mois

Dans le détail, le salaire diffère selon la catégorie (A, B ou C) et le statut de l’agent  (fonctionnaire ou contractuel). Ainsi, les fonctionnaires de catégorie A (inspecteur des impôts, commissaire de police, professeur des écoles, attaché d’administration, etc.), qui représentent les deux tiers des fonctionnaires de la fonction publique de l’Etat, ont un salaire net moyen de 3 005 € par mois. Les fonctionnaires de catégorie B (contrôleur des douanes, gardien de la paix, etc.) touchent, eux, 2 517 € nets en moyenne par mois et ceux de catégorie C (surveillants pénitentiaires, magasiniers, etc.) 2 018 € nets par mois. Quant aux non-fonctionnaires (contractuels, enseignants des établissements privés sous contrat, ouvriers d’Etat et bénéficiaires de contrats aidés), qui représentant un quart des effectifs, ils gagnent en moyenne 2 111 € nets par mois.

Les femmes gagnent 3,1 % de moins que les hommes

Comme dans le privé, les inégalités salariales entre les femmes et les hommes persistent. En 2019, à profil identique, le salaire net moyen des femmes dans la fonction publique de l’Etat s’élève à 2 449 € par mois, soit 13,6 % de moins que celui des hommes (2 835 €). L’écart est plus marqué au sein des fonctionnaires de catégorie A (15,7 %) et de catégorie C (15,5 %) que pour ceux de catégorie B (9,5 %). Dans la catégorie A, cela peut s’expliquer par la proportion importante de femmes parmi les enseignants (les deux tiers), qui sont en moyenne moins rémunérés. Mais à profil identique (âge, qualification, statut, travail à temps plein ou non, type d’employeur), les femmes perçoivent en moyenne 3,1 % de moins que les hommes.

« Les femmes occupent plus souvent les postes les moins rémunérateurs : parmi les 10 % des salariés les moins rémunérés [qui perçoivent moins de 1 548 € nets par mois], 70 % sont des femmes », notent les auteurs de l’étude. « Elles ont également plus fréquemment des parcours professionnels comportant des période de travail à temps partiel ou des interruptions de carrière qui pèsent sur leurs trajectoires salariales ».

A lire aussi