Salaire : combien gagnent en moyenne les salariés du privé ?

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© hyejin kang

2 518 euros net par mois. C’est ce qu’ont gagné en moyenne les salariés à temps plein du secteur privé en 2020, l’équivalent de 3 300 euros brut, d’après une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée mardi 26 avril sur l’évolution des salaires dans le secteur privé, qui emploie quelque 19,7 millions de personnes en France.

Après avoir déjà connu une augmentation record de 1,2 % en 2019 – le double de la hausse annuelle moyenne des vingt dernières années –, le salaire net moyen a bondi de 3,2 % sur un an. Mais « ce dynamisme est trompeur », prévient l’Insee dans sa note. La progression salariale « résulte davantage des modifications temporaires dans la composition de l’emploi, imputables à la crise sanitaire, que des progressions salariales individuelles », expliquent les auteurs de l’étude.

Une hausse à mettre en perspective

Tout d’abord, les emplois qui ont été momentanément détruits, pendant la crise sanitaire, « étaient en moyenne moins qualifiés et dans des secteurs moins rémunérateurs que les autres (jeunes, contrats courts, etc.) », indiquent les économistes. Ensuite, les périodes de chômage partiel, qui ne sont pas prises en compte dans le calcul du salaire moyen, ont davantage concerné les ouvriers et les employés, en moyenne moins rémunérés, que les cadres qui, eux, ont pu poursuivre leur activité à distance. « Ces différents effets de structure ont contribué mécaniquement pour +1,7 point à l’évolution du salaire net moyen en équivalent temps plein », note l’Insee. En conséquence, à catégorie socioprofessionnelle, secteur d’activité et condition d’emploi constants, la rémunération nette moyenne a progressé de "seulement" 1,5 %.

La hausse diffère, toutefois, selon les catégories professionnelles. Dans le détail, le salaire net moyen en équivalent temps plein a augmenté davantage pour les cadres (+ 2 % en 2020, après deux années consécutives de baisse, – 0,7 % en 2019 et – 0,2 % en 2018) et les employés (+ 1,9 %, après + 1,9 % en 2019) que pour les professions intermédiaires (+ 1,4 %, après + 1,3 %) et les ouvriers (+ 0,7 %, après + 2 %).

Un salarié du privé sur deux gagne moins de 2 005 € net par mois

Mais pour mieux se rendre compte des inégalités de rémunérations, il faut regarder un autre indicateur : le salaire médian. Selon l’Insee, il s’établit à 2 005 € net par mois en équivalent temps plein en 2020, ce qui signifie que la moitié des salariés du privé gagne moins et l’autre moitié gagne plus.

Il est inférieur de 20 % au salaire moyen, en raison « d’une plus forte concentration de salaires dans le bas de la distribution », explique l’Institut. Près de 8 salariés du privé sur 10 ont, en effet, un salaire net mensuel compris entre le Smic (1 219 € net de contributions et de cotisations sociales) et 3 400 euros. Dans le bas de l’échelle, les 10 % de salariés les moins bien rémunérés perçoivent moins de 1 343 euros net par mois, tandis que les 10 % de salariés les plus aisés gagnent plus de 4 033 euros net. Et 1 % a un salaire supérieur à 9 638 euros net, soit environ 8 fois le Smic.

Le salaire des femmes inférieur de 15,2 % en moyenne à celui des hommes

Enfin, l’Insee note que l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes a continué de reculer en 2020 : – 0,8 point, portant à 5,7 points la réduction depuis 2008. Cela s’explique en partie par les versements de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat et des primes Covid qui ont davantage bénéficié aux femmes.

Malgré ce recul, les femmes ont gagné en moyenne 15,2 % de moins que les hommes en EQTD. Leur salaire mensuel net moyen était de 2 280 euros, contre 2 689 euros pour leurs collègues masculins.

A lire aussi