Projet de loi sur l’émancipation économique des femmes : que veut faire le gouvernement ?

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’exécutif envisage différentes mesures en faveur de l’émancipation économique des femmes, selon l’intitulé d’un projet de loi à venir.
© SecondSide

L’exécutif compte prendre des mesures en faveur de l’émancipation économique des femmes, intitulé prévu d’un projet de loi qui doit être présenté en 2020 en Conseil des ministres.

La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, qui portera le texte avec le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, a évoqué plusieurs pistes de réforme dans un entretien publié mardi 27 août parle quotidien Le Figaro.

Quotas « dans les filières scientifiques et technologiques »

Marlène Schiappa a évoqué la possibilité que les quotas obligatoires de femmes, déjà imposés dans les conseils d’administration des entreprises les plus importantes, soient élargis « dans les comités exécutifs » ou encore « dans les filières scientifiques et technologiques » de l’enseignement supérieur.

« Tous les scénarios sont sur la table ; nous les étudierons dans le cadre d’une consultation avec Bruno Le Maire », a précisé la secrétaire d’Etat.

Travail pour les mères de famille

La recherche d’emploi menée par les mères de famille peut être difficile. Marlène Schiappa affirme vouloir « améliorer la situation des femmes » qui souhaitent travailler à nouveau après une période d’inactivité, citant les « femmes au foyer », les « parents de famille nombreuse ou d’enfants handicapés », les « femmes de militaires suivant leur mari au gré » des « mutations ». Mais la secrétaire d’Etat n’a pas détaillé les moyens envisagés pour faciliter la recherche d’emploi.

Augmentation des « pénalités » dues par les « partis » ne respectant pas la parité

Marlène Schiappa « propose » que les « pénalités » dues par les « partis politiques » ne respectant pas les règles de parité aux élections soient multipliées « par cinq ».

A lire aussi