Prime Macron : les conditions pour verser jusqu’à 2 000 € bientôt étendues ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Zhanna Hapanovich

Reconduite en 2021, la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, dite prime Macron, pourrait voir ses modalités de versement légèrement évoluer. Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2021, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture, vendredi 11 juin, un amendement qui prévoit d’élargir à certaines entreprises de moins de 50 salariés la possibilité de verser jusqu’à 2 000 € de prime.

Actuellement, il est prévu que les employeurs puissent verser, entre le 1er juin 2021 et le 31 mars 2022, une prime exonérée d’impôts sur le revenu et de cotisations sociales de 1 000 € maximum à leurs salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic (3 700 € nets par mois). Son montant peut aller jusqu’à 2 000 € pour les entreprises et les branches qui auront conclu un accord d’intéressement d’ici la fin de l’année ou, nouveauté cette année, qui auront ouvert une négociation sur la valorisation des métiers dits « de la deuxième ligne » (aides à domicile, caissiers, ouvriers du BTP, agents d’entretien, éboueurs, etc.). Le but est de faire en sorte que les travailleurs qui ont été sur le pont pendant la crise sanitaire bénéficient en priorité de cette prime.

La possibilité de verser jusqu’à 2 000 € de prime bientôt élargie

Problème, ces conditions excluent de nombreuses entreprises de moins de 50 salariés qui « optent généralement pour le versement d’une prime de participation, qui consiste à partager les bénéfices annuels de la société, plutôt qu’une prime d’intéressement, dont le montant varie en fonction de l’atteinte d’un objectif de performance », explique Capital. Elles ne peuvent donc verser à leurs salariés que 1 000 € maximum, contre 2 000 € si elles avaient mis en place un plan d’intéressement.

Aussi, les députés MoDem ont déposé un amendement qui entend élargir la possibilité de versement d’une prime exceptionnelle de 2 000 € aux entreprises de moins de 50 salariés ayant mis en place de manière volontaire un plan de participation salariale.

Davantage de salariés pourraient ainsi toucher une prime plus élevée. L’an dernier, ils étaient plus de 6 millions à avoir reçu une prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, dite prime "Macron".

A lire aussi