Prime Covid-19 : Pôle emploi peut vous réclamer un trop-perçu

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Chômage
© Eric Gaillard – Reuters

Vous avez reçu la prime la Covid-19 du fait de votre activité professionnelle exercée durant la crise sanitaire ? Vous êtes inscrit à Pôle emploi ? Vous devez déclarer cette rémunération lorsque vous actualisez votre situation, chaque mois, auprès de l’organisme.

« La prime Covid est considéré comme un revenu d’activité professionnelle et un salaire pris en compte dans le calcul de l’indemnisation », explique Pôle emploi à Dossier Familial. Cette prise en compte est susceptible d’entraîner une baisse de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) et la possible réclamation par l’organisme d’un trop-perçu auprès du chômeur.

« Le sujet du trop-perçu n’est pas lié à la crise sanitaire, il est récurrent. Il arrive que les chômeurs ne disposent pas de tous leurs bulletins de salaire et ne puissent indiquer tous leurs revenus d’activité lors de leur actualisation », souligne-t-on à Pôle emploi. L’organisme peut donc demander un trop-perçu aux chômeurs exerçant une activité professionnelle, après que les demandeurs d’emploi lui ont communiqué leurs bulletins et donc le montant exact de leurs rémunérations.

Revirement pour un chômeur bénéficiaire de la prime

Le Canard enchaîné a raconté, dans son édition du 2 septembre, l’histoire d’un homme habitant la Haute-Vienne qui a travaillé pendant trois mois à partir de mars à l’accueil de l’hôpital d’Aubusson, dans la Creuse. À l’issue de son CDD, Roger a reçu la prime exceptionnelle qui lui était due, soit 500 €. Il a déclaré la somme reçue à Pôle emploi. Une semaine après, l’agence de Limoges Ventadour lui a réclamé par courrier un trop-perçu, à hauteur de 395 €, ce qui promettait un effacement d’une grande partie du gain. Fin juillet, Pôle emploi a justifié auprès de l’hebdomadaire satirique cette demande par le fait que la prime constitue « un revenu d’activité professionnelle ». Le lendemain, l’organisme a annoncé par courriel à Roger l’annulation du trop-perçu.

Interrogé par Dossier Familial sur ce sujet, Pôle emploi dément tout lien entre son revirement et la prise de contact faite par Le Canard enchaîné. Le médiateur régional concerné a donné raison au chômeur en se fondant sur « une erreur de saisie », dont l’organisme ne nous précise pas la nature.

Défiscalisation et exonération de cotisations sociales

Le gouvernement a mis en place une prime exceptionnelle pour différentes personnes, comme les professionnels des établissements publics de santé, quel que soit leur métier, ou certains agents de la fonction publique de l’Etat et de la fonction publique territoriale.

Cette rémunération n’est pas incluse dans le calcul de l’impôt sur le revenu et est exonérée de contributions et de cotisations sociales.

Une actualisation par quatre moyens

L’actualisation est une démarche que doivent accomplir chaque mois les chômeurs afin de renouveler leur inscription à Pôle emploi. Les moyens suivants peuvent être utilisés :

  • le site www.pole-emploi.fr ;
  • l’application Mon espace de Pôle emploi, disponible sur smartphone ;
  • le service téléphonique 3949 (rubrique « Actualisation ») ;
  • les bornes tactiles présentes dans certaines agences de Pôle emploi.

A lire aussi