Canicule : pouvez-vous porter un short et des sandales en période de fortes chaleurs ?

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
princigalli

Avez-vous le droit de vous rendre sur votre lieu de travail en short et en sandales ? Tout dépend de votre poste et de votre employeur.

Comme en toute matière, votre liberté – ici vestimentaire – est limitée. Dans l’entreprise, les restrictions aux « droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives » doivent être « justifiées par la nature de la tâche à accomplir » et « proportionnées au but recherché » (article L. 1121-1 du Code du travail).

Des règles non écrites

Le refus de se conformer aux directives de l’employeur en matière vestimentaire est susceptible de constituer une faute grave exposant le salarié à un licenciement. Des sanctions disciplinaires moins importantes, comme un blâme, peuvent être prononcées à l’égard des personnes récalcitrantes.

Dans certains secteurs d’activité ou entreprises, l’habillement des salariés relève seulement de codes, de règles tacites : aucun texte, par exemple le règlement intérieur ou une note de la direction, ne les fixe. Toutefois, si vous dérogez à ces règles non écrites en raison de la chaleur, votre employeur pourra vous demander de porter avec d’autres vêtements. Vous devez respecter cette consigne, par exemple le lendemain.

Si vos supérieurs vous imposent un uniforme particulier, par exemple à des fonctions de serveur ou de maître d’hôtel, conservez-le. Le même principe doit être mis en œuvre si votre employeur exige une tenue stricte en permanence. Pour la Cour de cassation, le licenciement d’une secrétaire venue au travail en survêtement est justifié : « la salariée était en contact » avec les clients de son « agence immobilière » (Chambre sociale, 6 novembre 2001, pourvoi n° 99-43.988, arrêt à consulter ici).

Conservez vos équipements de protection

Si vous exercez une activité qui impose de porter des équipements de protection, vous devez impérativement les conserver : tenue spécifique, gants, lunettes ou chaussures de travail, etc. Votre sécurité est en jeu.

Dans l’hypothèse où, toujours pour des raisons de sécurité, vous devez porter un pantalon ou des chaussures fermées personnels, pliez-vous à cette exigence. Par exemple, la Cour de cassation a rejeté un pourvoi concernant le licenciement d’un salarié qui s’était présenté plusieurs jours à son entreprise en bermuda. Ses supérieurs lui avaient demandé oralement et par écrit de se revêtir d’un pantalon sous sa blouse de sécurité. Ce choix vestimentaire « était incompatible avec ses fonctions et ses conditions de travail qui pouvaient le mettre en contact avec la clientèle ». Le salarié avait de surcroît exprimé « son refus d’adhésion aux valeurs fondamentales de la société » (Chambre sociale, 12 novembre 2008, pourvoi n° 07-42.220, arrêt à consulter ici).

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN