Pourquoi les enseignants font-ils grève  ?

Des agents de l’Education nationale protestent contre la réforme des retraites que souhaite mener le gouvernement d’Edouard Philippe.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Certains enseignants sont en grève mardi 10 décembre.
Certains enseignants sont en grève mardi 10 décembre. © andreaobzerova

Les professeurs de votre enfant font-ils grève contre la réforme des retraites mardi 10 décembre ? Selon le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, 12,5 % les enseignants du premier degré doivent être en grève ce jour, après une mobilisation jeudi et vendredi. « Ce sera sans doute un peu plus dans le second, et c’est très différent d’une région à l’autre », a précisé Jean-Michel Blanquer sur France Inter.

Au-delà d’un malaise ancien, les enseignants s’inquiètent d’une diminution de leurs pensions de retraite que la réforme est susceptible d’induire.

Celle-ci doit créer un régime universel, éliminant les disparités entre les régimes actuels.

Toute la carrière

Les enseignants disposant du statut de fonctionnaire bénéficient d’un calcul de leur pension avantageux : le montant dépend du traitement reçu pendant les 6 derniers mois de leur carrière, période la mieux rémunérée. Ce dispositif permet de supprimer l’impact des faibles rémunérations perçues en début de carrière sur le montant des pensions. Par comparaison, pour les salariés du privé, la retraite est calculée sur les 25 meilleures années de la carrière.

Le calcul doit être effectué sur l’ensemble des traitements reçus durant leur carrière, a recommandé le Haut commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, dans son rapport présenté en juillet.

Hausse des rémunérations

Le ministre de l’Education nationale a répété vendredi sur BFM TV/RMC les mesures qu’il entend prendre en compensation pour les enseignants : une augmentation des salaires et des primes, à hauteur de quelque « 400 millions € » par an à compter de janvier 2021.

« Le gouvernement s’est engagé à ce que la mise en place du système universel s’accompagne d’une revalorisation salariale permettant de garantir un même niveau de retraite pour les enseignants que pour des corps équivalents de la fonction publique », avait-il indiqué dans une lettre ouverte aux professeurs.

« Cet engagement a été formulé par le président de la Répulique et le Premier ministre. Il sera formalisé dans le projet de loi créant le système universel », avait ajouté Jean-Michel Blanquer.

Edouard Philippe doit détailler mercredi le contenu de la réforme, dans un discours à midi devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE), avant une interview au journal de 20 heures de TF1.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :