Pôle emploi : des chômeurs perdent de l'argent à cause d'une nouvelle règle

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Xose Bouzas / Hans Lucas via Reuters Connect

C'est une petite annexe de la tant controversée réforme de l'assurance-chômage qui fait aujourd'hui particulièrement grimacer de nombreux demandeurs d'emplois. 

Le journal en ligne Médiapart, révélait il y a peu, témoignages à l'appui, que de nombreux chômeurs avaient récemment constaté une baisse significative de leurs allocations. Une perte sèche qui va de quelques dizaines à plusieurs centaines d'euros par mois pour certains. 

Sont concernés, les demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi à partir du 1er octobre 2021.

Consultez le guide pratique "Je perds mon emploi"
  • Une check-list pour ne rien oublier
  • Des outils pratiques
  • Tous les articles utiles
  • J'y vais

    Une règle « protectrice »

    En effet, dans une optique de justice et afin de réparer les pertes liées aux confinements successifs, une disposition de la réforme de l'assurance-chômage prévoit d'allonger la période d'affiliation de tous les nouveaux inscrits. En clair, Pôle emploi se base désormais sur vos 35 derniers mois, plutôt que 24, pour les moins de 53 ans. Idem pour les plus âgés : la période d'affiliation passe de 36 à 47 mois maximum. 

    Oui mais voilà, certains demandeurs d'emploi nouvellement inscrits ne sont pas gagnants du tout avec ce nouveau système de calcul. C'est notamment le cas d'Olivier, un trentenaire au chômage depuis l'automne, interrogé par Médiapart : ce dernier explique avoir perdu 600 € par mois à cause de la prise en compte de ses revenus jusqu'en 2018. Une autre témoin, Michèle, plus de 53 ans, affirme à nos confrères qu'elle refuse de donner ses fiches de paie au-delà des 36 mois requis, sachant par avance que son allocation y perdrait des plûmes. 

    Seul recours : saisir le médiateur de Pôle emploi

    Interrogé, Pôle emploi a reconnu les conséquences de ce que l'organisme qualifie « d'effet de bord ». Le ministère du Travail affirme de son côté que le nombre de chômeurs avantagés par cette nouvelle règle est plus grand que les perdants. 

    « Dès lors qu’un demandeur d’emploi considérerait qu’un tel allongement de sa période d’affiliation lui est défavorable, il peut solliciter le médiateur de Pôle emploi sur sa région d’inscription », précise un communiqué du service communication de Pôle emploi. 

    A lire aussi