Plan de relance : une prime de 4 000 € pour l'embauche d'un travailleur handicapé

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© undefined

Quelques semaines après sa présentation officielle par le Premier ministre Jean Castex, les principales dispositions du plan de relance de l'économie face à la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 se concrétisent un peu.

En effet, l'annonce avait déjà été faite  au début du mois de septembre : le gouvernement va créer une prime à l'embauche d'un montant maximal de 4 000 € pour dynamiser le recrutement des travailleurs handicapés, le tout sur le modèle de la prime à l'embauche, déjà existante, d'un jeune âgé de moins de 26 ans. C'est désormais officiel, le décret a été publié au Journal officiel (JO) ce mardi 6 octobre.

Versée directement à l'employeur

Cette aide financière de plusieurs milliers d'euros sera attribuée aux entreprises et aux associations, quelles que soient leur taille et leurs structures, qui embauchent entre le 1er septembre 2020 et le 28 février 2021 un salarié travailleur handicapé, en CDI ou en CDD d'au moins trois mois, et rémunéré jusqu'à deux fois le Smic.

Le salarié embauché devra faire l'objet d'une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). La prime sera versée par tranche trimestrielle sur une période d'un an, et ce au prorata du temps de travail et de la durée du contrat. Les entreprises et associations souhaitant en bénéficier pourront remplir leur demande sur la plateforme de télé-service de l'Agence de services et de paiement (ASP) à compter du 4 janvier 2021. 

Promouvoir l'inclusion au travail

Dans le communiqué qui accompagne la publication de ce décret au JO, la ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne, affiche sa satisfaction : « Avec cette aide, nous voulons favoriser l'embauche des personnes en situation de handicap. La crise que nous avons traversée ne doit pas nous faire oublier la nécessité de bâtir une société plus inclusive. Personne ne doit rester sur le bord de la route. » 

Un enthousiasme partagé par Sophie Cluzel, la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées :« Devenir un entrepreneur inclusif ne se décrète pas, les employeurs doivent être accompagnés afin de dépasser les idées reçues. »

A lire aussi