Les chômeurs vont devoir tenir un journal de bord

L’obligation destinée à renforcer le contrôle des demandeurs d’emploi va être expérimentée dans certaines régions.
2mn de lecture
L’obligation de tenir un journal de bord va faire l’objet d’une expérimentation.
L’obligation de tenir un journal de bord va faire l’objet d’une expérimentation. © Yakobchuk Olena

Des chômeurs vont bientôt être contraints de tenir un journal de bord pour conserver leur inscription sur les listes de Pôle emploi et leur éventuelle indemnisation. Le gouvernement d’Edouard Philippe a publié le 28 juillet au Journal officiel un décret détaillant le cadre de l’expérimentation de l’obligation prévue par la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Selon le nouveau texte, lors de l’actualisation mensuelle de votre inscription à Pôle emploi, vous devrez transmettre des informations concernant « l’état d’avancement de [… votre] recherche » de travail et les « actions engagées en matière de formation, de préparation et de recherche d’emploi ou de création, de reprise et de développement d’entreprise ».

Vous devrez fournir ces données et continuer à rapporter certains événements, par exemple l’exercice d’une activité professionnelle, même très brève, ou une période de maladie ou de maternité.

Conçue pour renforcer le contrôle des chômeurs, l’obligation de tenir un journal de la recherche d’emploi doit être testée dans certaines régions, que doit fixer un arrêté à venir. L’expérimentation va être mise en œuvre « dans les régions concernées, de manière progressive par département ou agence Pôle emploi jusqu’au 1er février 2020 », précise le décret.

Une évaluation de l’expérimentation

La généralisation de la mesure à l’issue de l’expérimentation n’est pas certaine. Le ministère du Travail devra tirer un bilan de l’expérimentation en se fondant sur les informations communiquées par Pôle emploi.

L’évaluation déterminera notamment les conséquences de l’obligation « sur l’accompagnement » des chômeurs ou encore « leur retour à l’emploi, la détection et la prévention du décrochage dans la recherche », d’après le décret.

Elle portera « une attention particulière aux personnes en situation de handicap et aux demandeurs d’emploi rencontrant des difficultés dans la maîtrise de la langue française ».

Le ministère du Travail devra transmettre l’évaluation au Parlement.

  • Pour consulter le décret, cliquez ici.
À lire aussi
df
Timour Aggiouri
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus