Pôle emploi : en juillet, les allocations chômage sont revalorisées de 0,6 %

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Richard Villalonundefined undefined

Environ 2,4 millions de personnes, soit 94 % des demandeurs d’emploi indemnisés par l’Assurance chômage, vont bénéficier d’un léger coup de pouce. Comme tous les ans, le Conseil d’administration de l’Unédic, l’organisme qui gère l’assurance chômage, s’est réuni pour décider de revaloriser (ou non) les allocations chômage au 1er juillet. Lors de sa réunion du mardi 29 juin, une revalorisation de 0,6 % a été votée. Elle s’était élevée à 0,4 % en 2020 et 0,7 % en 2019.

La hausse concerne l'allocation minimale, la partie fixe de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) et le seuil minimum de l'ARE pour les allocataires effectuant une formation. Les salaires de référence, intégralement constitués par des rémunérations anciennes d'au moins 6 mois servant au calcul de l'allocation, augmentent également de 0,6 %.

Dans le détail, cela signifie que :

  • l’allocation minimale passe à 29,56 € par jour, contre 29,38 € actuellement ;
  • la partie fixe de l’ARE passe à 12,12 € par jour indemnisé, contre 12,05 € actuellement. Elle s’ajoute à la partie proportionnelle de l’allocation qui équivaut à 40,4 % de l’ancien salaire ;
  • l’allocation minimale ARE Formation passe à 21,17 € par jour, contre 21,04 € actuellement ;
  • le montant d'allocation journalière relatif à l’application du coefficient de dégressivité est porté à 85,18 € ;
  • le plancher relatif à l’application du coefficient de dégressivité est porté à 59,63 €.

A Mayotte, l’allocationminimale est portée à 14,77 € par jour (14,68 € par jour auparavant) et l’allocation minimale ARE formation passe à 10,58 € par jour en cas de formation (10,52 € par jour auparavant).

Qui est concerné ?

« La revalorisation de l’allocation minimale et de la partie fixe s’applique à l’ensemble des allocataires concernés par ces paramètres dès le premier jour de leur revalorisation. L’augmentation des salaires journaliers de référence concerne quant à elle les allocataires indemnisés depuis plus de 6 mois, soit environ 2,1 millions de personnes. Pour environ 300 000 allocataires, seule la revalorisation de la partie fixe s’applique », explique l’Unédic dans un communiqué. Le coût de la revalorisation pour l’Assurance chômage pour le deuxième semestre 2021 et l’année 2022 est de 210 millions d’euros.

Comment est calculée l’allocation chômage ?

Pour rappel, le montant de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est calculé à partir de votre salaire journalier de référence. Celui-ci est obtenu à partir de la somme des salaires bruts mensuels et primes afférentes perçus au cours des 12 derniers mois précédant le dernier jour travaillé qui est ensuite divisée par le nombre de jours pendant lesquels vous avez été employé.

Le montant brut journalier de l’allocation chômage est égal au montant le plus élevé entre les deux formules suivantes :

  • 40,4 % du salaire journalier de référence + une partie fixe de 12,12 € ;
  • 57 % du salaire journalier de référence.

Dans tous les cas, le montant ne peut pas être inférieur à 29,56 € brut par jour ou supérieur à 256,96 € brut par jour. Et il ne peut pas excéder 75 % du salaire journalier de référence.

A partir du 1er juillet 2021, une mesure de dégressivité de l'allocation chômage s’applique aux demandeurs d’emploi âgés de moins de 57 ans dont l’allocation est supérieure à 85,18 € par jour (soit environ 4 500 € de salaire brut mensuel) après un délai de 8 mois d’indemnisation (243 jours), au lieu de 6 mois initialement prévus. En pratique, la dégressivité n’interviendra au plus tôt qu’à partir du mois de mars 2022.

A lire aussi