Le Smic va augmenter de 2,65 % au 1er mai

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Karl-Hendrik Tittel

Les salariés les moins bien payés vont voir leur rémunération légèrement monter le mois prochain. Le cabinet de la ministre du Travail, Elisabeth Borne a annoncé vendredi 15 avril une revalorisation automatique du salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) de 2,65 % au 1er mai.

Le Smic mensuel brut pour un plein temps (35 heures par semaine) va donc passer de 1 603,12 euros à 1 645,58 euros, précise le cabinet dans un communiqué. Le salaire minimum net va progresser de 1 269,03 euros à 1 302,64 euros par mois. Le Smic horaire va évoluer de 10,57 euros à 10,85 euros brut.

Une conséquence de la forte inflation

La nouvelle hausse résulte de la forte inflation. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a confirmé vendredi sa première estimation publié le 31 mars d’une hausse des « prix à la consommation » de 4,5 % sur un an en mars et de 1,4 % durant le seul mois dernier.

Selon le Code du travail, quand « l’indice national des prix à la consommation atteint un niveau correspondant à une hausse d’au moins 2 % par rapport à l’indice constaté lors de l’établissement du salaire minimum de croissance immédiatement antérieur », le Smic « est relevé dans la même proportion à compter du premier jour du mois qui suit la publication de l’indice entraînant ce relèvement » (article L. 3231-5).

Une revalorisation au 1er janvier

La dernière revalorisation remontait au 1er janvier : le salaire minimum avait crû de 0,9 %. La hausse intervenant en début d’année est fondée sur « l’évolution de l’indice mensuel des prix à la consommation hors tabac des ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie […], augmentée de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés », explique le site Travail-emploi.gouv.fr.

Ni Marine Le Pen ni Emmanuel Macron, candidats qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle prévus le 24 avril, ne promettent de coup de pouce au Smic, possible à tout moment de l’année.

POUR ALLER PLUS LOIN