Le don de congés et RTT aux soignants pourrait devenir possible

L’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi permettant aux salariés du privé et du public de donner des jours de congé au personnel soignant. Les congés donnés seraient redistribués sous forme de chèques vacances.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Halfpoint

Et si pour remercier les soignants, sur-mobilisés depuis le début de l’épidémie de Covid-19, vous leur faisiez don de jours de congé et RTT ? Cette mesure solidaire pourrait bientôt devenir possible. L’Assemblée nationale a voté dans la soirée du mardi 2 juin en faveur d’une proposition de loi LREM permettant aux salariés d’offrir des jours de repos aux soignants. Actuellement, seul le don de congé entre collaborateurs d’une même entreprise est possible.

L’idée est de « permettre aux salariés qui le désirent et qui le peuvent, dans le public comme dans le privé, de faire don d’une partie de leurs congés payés, qu’ils aient été affectés ou non sur un compte épargne-temps », expliquaient une centaine de députés La République en marche dans un courrier adressé en mai dernier à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Les jours de repos donnés seraient monétisés sous forme de chèques vacancesau bénéfice des personnels des secteurs sanitaires et médico-social public et privé et des étudiants en formation médicale mobilisés pendant l’épidémie. Seuls seraient éligibles les personnels dont le revenu brut imposable n’excède pas trois fois le Smic, soit 4 563,75 €.

Un décret précisera les contours du dispositif

Le dispositif devra être précisé par décret. Il ne « se substitue pas aux mesures de grande ampleur nécessaires pour donner davantage de moyen » à l’hôpital, a souligné le rapporteur LREM de la proposition de loi, Christophe Blanchet.

La mesure a reçu le plein soutien du gouvernement. Pour la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, « cet acte de générosité permettra dans le même temps de contribuer à la relance du secteur du tourisme très fortement affecté » par l'épidémie. Selon les calculs des députés, si chacun des 23 millions de salariés en France faisait don d’un jour de congé, cela équivaudrait à 2 milliards d’euros à dépenser dans l’économie locale et nationale.

Une mesure critiquée par l’opposition

Pour l’opposition en revanche, la mesure irrite. Chez les socialistes, le député Boris Vallaud, a fait part d’un « malaise » face à cette proposition de loi « inaboutie » et « hors sujet » au regard des difficultés de l’hôpital. De son côté, la députée de La France insoumise Caroline Fiat, a considéré que ce n’est « pas aux citoyens de remercier les personnels, mais à l’Etat » et propose plutôt aux Français de « poser un jour de RTT » pour « manifester » le 16 juin, journée de mobilisation des syndicats et collectifs hospitaliers. Du côté des syndicats de soignants, les réactions ne sont pas plus enthousiastes. Sur Twitter, le Syndicat national des professionnels infirmiers déclarait le 12 mai dernier « Gardez vos jours de RTT ! Nous n’arrivons déjà (pas, ndlr) à prendre nos jours de repos ! ».

La proposition de loi doit désormais être examinée par le Sénat le mardi 16 juin en séance publique. Le gouvernement a engagé la procédure accélérée, c’est-à-dire qu’elle ne doit faire l’objet que d’une seule lecture par chambre du Parlement avant d’être adoptée définitivement.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :