La prime Macron ne sera pas reconduite en 2021

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© coffeekai

Créée fin 2018 en réponse au mouvement des Gilets jaunes, la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, plus connue sous le nom de prime « Macron », ne devrait pas être reconduite en 2021, selon Les Echos.

Le dispositif, qui permet aux employeurs d’offrir aux salariés, gagnant jusqu’à trois fois le Smic, une prime exonérée d’impôts sur le revenu et de cotisations sociales dans la limite de 1 000 ou 2 000 € si l’entreprise a signé un accord d’intéressement, a pourtant rencontré un vif succès cette année.

Au 1er octobre, plus de 5 millions de personnes avaient déjà reçu une prime pour un montant total de 2,3 milliards d’euros. En 2019, ils étaient 4,8 millions à en avoir reçu une pour un montant total de 2,2 milliards d’euros. En moyenne, les salariés ont reçu 458 €, contre 400 € l’an dernier.

Des effets d’aubaines pour certaines entreprises

Malgré ces chiffres, l’exécutif ne compte pas renouveler la prime en 2021. Elle ne figure pas dans le projet de loi de finances pour 2021 qui doit être définitivement adopté par le Parlement en fin de semaine. « Nous privilégions des dispositifs pérennes de partage de la valeur. D'ailleurs les syndicats préfèrent eux aussi des mécanismes pérennes ou des hausses des salaires, tandis que les entreprises sont partagées », explique une source de Bercy au quotidien.

Déjà fin 2019, le gouvernement avait envisagé de ne pas reconduire la prime Macron. Si le dispositif avait fonctionné, l’Insee avait montré dans une étude qu’il avait généré des effets d’aubaines pour les entreprises. D’après l’Institut national de la statistique, certaines d’entre elles ont préféré verser cette prime plutôt que d’augmenter les salaires sur lesquels des prélèvements obligatoires s’appliquent.

L’exécutif avait alors décidé d’adapter la prime en la conditionnant à la signature d’accords d’intéressement. Mais l’épidémie de Covid-19 a contraint le gouvernement à faire machine arrière et à lever cette restriction pour les primes allant jusqu’à 1 000 € afin qu’elles puissent être versées plus facilement.

A lire aussi