Jeunes : une aide de 200 euros pour passer votre Bafa en 2022

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Halfpoint

Le secteur de l’animation manque de bras. Si la situation n’est pas nouvelle, elle s’est aggravée avec la crise sanitaire du fait de l’annulation de plusieurs sessions de formation au métier d’animateur en 2020 et 2021. 82,3 % des employeurs déclarent connaître des difficultés de recrutement, notamment dans l’animation (74 %), d’après une enquête menée par l’organisation professionnelle Hexopée et le Fonds de coopération de la jeunesse et de l'éducation populaire (Fonjep). A ce jour, 5 245 postes ne seraient pas pourvus dans les 1 182 structures interrogées, soit 10 % de leurs effectifs totaux.

Face à cette pénurie de main-d’œuvre et alors qu’environ 50 000 projets de recrutements sont prévus jusqu’à fin 2022, la secrétaire d’Etat en charge de la Jeunesse et de l’Engagement, Sarah El Haïry, a annoncé lundi 25 octobre qu’une aide exceptionnelle de 200 euros sera versée en 2022 à 20 000 jeunes pour financer en partie leur formation aux métiers de l’animation.

Qui pourra bénéficier de l’aide de 200 euros ?

Cette aide gouvernementale sera accordée sous condition de ressources – un critère de quotient familial sera défini – à des jeunes qui passeront le brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (Bafa) ou le brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (Bafd) à partir de janvier 2022. Ces diplômes non professionnels, accessibles respectivement à partir de 17 et 21 ans, permettent d’encadrer des enfants et adolescents dans des centres de loisirs ou des colonies de vacances.

L’aide sera financée via le fonds de soutien aux colonies de vacances géré par le Fonjep et sera directement versée aux organismes de formation. Les jeunes qui en bénéficieront n’auront pas à avancer les frais et verront le coût de leur formation – qui avoisine souvent les 800-900 euros – directement réduit.

« Cette aide viendra en complément de celles souvent accordées par les Caisses d’allocations familiales ou les collectivités territoriales, parfois en échange d’heures d’engagement citoyen. Dans bien des cas, ces 200 euros couvriront la somme qui jusqu’ici restait à la charge des jeunes », a déclaré Sarah El Haïry dans un entretien au quotidien La Croix.

Les demandes pourront être effectuées à partir du 1er janvier 2022. « Le jeune sera accompagné dans ses démarches (…) et conseillé par l’organisme de formation », précise le secrétariat d’Etat dans un communiqué. En tout, l’Etat mobilisera 4 millions d’euros.

Bientôt possible de passer le Bafa dès 16 ans ?

Outre cette aide financière, la secrétaire d’Etat réfléchit à abaisser l’âge d’accès au Bafa de 17 à 16 ans. Elle compte réunir en novembre les représentants des collectivités territoriales et les associations employeuses pour en discuter et aborder également la question de la rémunération des animateurs – bien souvent inférieure au Smic – et du temps partiel subi, qui représentent des freins pour recruter de nouveaux animateurs.

« Il y a eu 43 000 Bafa délivrés en 2019, alors qu’il y en avait 53 000 en 2011. Ce qui est en jeu, c’est véritablement notre capacité à accueillir les enfants. Cet été, des séjours ont été annulés non pas faute d’enfants inscrits mais faute d’encadrants. Il faut agir, c’est une tendance que l’on ne peut pas laisser installer ! Ces réponses sont un premier pas pour relancer la dynamique rapidement, avant une refonte plus structurelle», a déclaré Sarah El Haïry.

Création d’un Bafa option Service national universel

Par ailleurs, 200 jeunes pourront passer dès le premier semestre 2022 un Bafa « option Service national universel (SNU). Il sera obtenu via un stage de perfectionnement, effectué après la formation théorique et le stage, qui sera orienté autour des questions de valeurs de la République et d’organisation de l’Etat, de la fonction publique et des corps en uniforme. L’objectif est de préparer les jeunes à encadrer des séjours de cohésion du SNU. Ce module sera ouvert aux jeunes en cours de formation ou à ceux déjà titulaires du Bafa et sera intégralement financé par l’Etat. « Cette option SNU sera la première spécificité du Bafa, d’autres réflexions sont en cours autour par exemple d’option sportive ou autour du handicap », précise le secrétariat d’Etat.

A lire aussi