Fonction publique : le salaire minimum augmentera le 1er mai

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

C’est la dernière mesure salariale du gouvernement d’Emmanuel Macron. Un décret publié jeudi 21 avril au Journal officiel augmente le minimum de traitement des agents des trois fonctions publiques (d’Etat, hospitalière et territoriale) dès le mois prochain.

A compter du 1er mai, le salaire minimum des contractuels et fonctionnaires exerçant à temps complet sera porté à 1 649,48 euros mensuels, contre 1 607,31 euros bruts mensuels actuellement. Soit une augmentation d’un peu plus de 42 euros bruts par mois. Cela correspond à une progression de l’indice majoré minimum de 343 à 352.

Maintenir un traitement minimum au-dessus du Smic

Cette revalorisation a été prise « pour tenir compte de la hausse du salaire minimum de croissance (Smic) à la même date de 2,65 % », a expliqué mercredi 20 avril le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres. Du fait de la forte inflation enregistrée ces quatre derniers mois, le Smic passera le 1er mai de 1 603,12 euros bruts mensuels à 1 645,58 euros bruts mensuels (1 302,64 euros nets) pour un temps plein. Le mois dernier, la ministre de la Transformation et de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, s’était engagée à ce que le minimum de traitement soit maintenu « quoi qu’il arrive » au-dessus du Smic. «Il sera ainsi immédiatement revalorisé si nous constatons une hausse de l'indice des prix à la consommation supérieure à 2 % par rapport à la dernière évolution du montant du Smic en janvier », avait précisé le ministère.

Pour rappel depuis 2021, le gouvernement a décidé de porter le minimum de traitement de la fonction publique au même niveau que le Smic. Deux relèvements successifs sont ainsi intervenus ces derniers mois : une première revalorisation de 2,2 % le 1er octobre 2021, puis une autre de 0,9 % le 1er janvier 2022.

Selon le gouvernement, ce coup de pouce bénéficiera à près de 694 000 agents publics, employés par l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements hospitaliers.

Dégel du point d’indice avant l’été

« Cette hausse était indispensable et justifie pleinement notre juste revendication d’augmentation de la valeur du point d’indice de 10 % », a réagi l’Unsa Fonction publique. Réclamé depuis plusieurs années par les organisations syndicales, le dégel de la valeur du point d’indice, qui sert à calculer le traitement de base des 5,7 millions d’agents publics, devrait être effectif avant l’été prochain, si Emmanuel Macron est réélu président de la République.

De pair avec la hausse du Smic

Outre les fonctionnaires, les salariés du privé les moins bien payés bénéficieront aussi d'une revalorisation de leur salaire minimum au 1er mai prochain. En effet, celui-ci augmentera automatiquement de 2,65 % conformément aux effets de l'inflation. Le Smic mensuel brut pour un plein temps (35 heures par semaine) va donc passer à 1 645,58 euros brut soit 1302,64 euros net.

A lire aussi