En banlieue, des entreprises peuvent obtenir une prime exceptionnelle de 1 500 €

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Banlieues
© eclipse_images

Les entreprises des quartiers prioritaires de la ville (QPV) peuvent avoir droit à une prime de 1 500 €, a annoncé le 27 octobre la ministre déléguée chargée de la Ville. La prime sera versée automatiquement, sans que les entrepreneurs n'aient de démarche à faire. 

Nadia Hai a lancé ce jour « un appel à manifestation d’intérêt ouvert aux réseaux d’accompagnement et de financement de la création d’entreprise », fait savoir son cabinet dans un communiqué. Les réseaux peuvent postuler jusqu’au jeudi 5 novembre pour « devenir mandataires de fonds », indique à Dossier Familial l’entourage de la ministre déléguée. Cinq jours plus tard, les réseaux retenus obtiendront une enveloppe qu’ils devront distribuer aux entreprises qu’ils accompagnent suivant les critères définis dans l’appel à manifestation d’intérêt.

La prime s’adresse « exclusivement aux entreprises sans salariés, très majoritaires dans les QPV ».

Un versement « durant la seconde quinzaine de novembre »

« Ce versement de 1 500 € devrait arriver dans la trésorerie des entreprises durant la seconde quinzaine de novembre », précise le cabinet de Nadia Hai.

L’aide exceptionnelle vise à abonder les fonds propres des entrepreneurs et à renforcer les dispositifs en vigueur, tels que le Fonds de solidarité et les prêts d’honneur, pour limiter le nombre de cessations d’activité d’entreprises des QPV.

La crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 a produit de graves répercussions économiques, notamment en banlieue. Selon des estimations diffusées par le cabinet, dans les QPV, sept entrepreneurs sur dix « ont dû arrêter leur activité » lors du premier confinement, tandis que les deux tiers ont constaté une baisse de leur chiffre d’affaires après la reprise.

A lire aussi