Egalité femmes-hommes dans l’économie : le gouvernement attend vos propositions

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© ferrantraite

Seuls 19 % des femmes et 37 % des hommes jugent « satisfaisante » la situation actuelle en matière d’égalité salariale, et 28 % des femmes et 48 % des hommes en matière d’accès des femmes à des postes de responsabilité dans les entreprises, selon un sondage Harris Interactive, réalisé fin novembre pour le gouvernement.

Afin de lever les obstacles qui perdurent, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, et la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, ont annoncé mardi 3 décembre l’ouverture d’une consultation citoyenne en ligne en vue de nourrir leur futur projet de loi égalité femmes-hommes dans l’économie qui sera présenté au printemps 2020.

La consultation est ouverte jusqu’au 20 janvier

Pour participer, il convient de se rendre sur la plateforme https://make.org/FR-fr/consultation/ d’ici le 20 janvier 2020 et de formuler des propositions (en se créant un compte) ou de donner son avis sur celles des autres en votant. Parmi les propositions déjà émises, on trouve par exemple améliorer le congé paternité, trouver des solutions pour limiter les frais de garde des enfants de plus de 6 ans en particulier dans les familles monoparentales, favoriser la reconnaissance des compétences acquises pendant une période de parent au foyer, permettre l’utilisation du nom de naissance dans toutes les formalités bancaires et administratives, introduire des indicateurs de parité dans les organisations syndicales et les fédérations professionnelles ou encore rendre facilement accessibles les résultats du calcul des écarts de salaires femmes-hommes.

Le futur projet de loi entend notamment aborder la question de l’accès aux études sélectives, des congés parentaux (maternité, paternité, parental), des quotas dans les comités de direction (COMEX) des entreprises et de l’accès aux financements pour les entrepreneurs, qui est très inégalitaire selon les sexes. « Seulement 2 % des fonds qui viennent financer les start-up vont vers des projets lancés par des femmes », a détaillé Marlène Schiappa.

A lire aussi