Mais pourquoi les entreprises ont-elles du mal à recruter ?

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Caelestiss – iStock

« Il n’y a pas aujourd’hui un endroit en France où les gens ne vous disent pas : ‘‘J’ai besoin de travail, je cherche des gens pour travailler.’’ » Dans son entretien diffusé à l’occasion du 14-Juillet par TF1 et par France 2, Emmanuel Macron a déploré le problème des difficultés de recrutement que rencontrent des employeurs dans certains secteurs.

Pour l’exécutif, reprenant un point de vue des organisations patronales, ces difficultés sont illogiques par rapport au chômage, dont le taux atteignait au premier trimestre 7,1 % de la population active en France métropolitaine, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Comme en réponse à ces difficultés, Emmanuel Macron souhaite une réforme de l’assurance-chômage permettant un durcissement des règles d’indemnisation quand la conjoncture s’améliore. Certains dirigeants syndicaux critiquent d’avance un tel système. D’après eux, le dispositif envisagé est guidé par l’idée que les chômeurs sont responsables de leur situation.

Hausse significative des difficultés de recrutement

La Banque de France a rapporté, dans son point de conjoncture publié le 12 juillet (à télécharger ici), une hausse significative des « difficultés de recrutement » rencontrées par les chefs d’entreprise, à 58 %, un niveau jamais constaté par l’institution. Selon la Banque de France, qui se fonde sur une enquête auprès de quelque 8 500 entreprises ou établissements entre le 28 juin et le 5 juillet, les dix secteurs où la part de dirigeants rencontrant des difficultés de recrutement est la plus forte sont, dans l’ordre :

  • la programmation et le conseil ;
  • l’aéronautique et les autres transports ;
  • le travail temporaire ;
  • le second œuvre dans le BTP ;
  • les activités d’architecture et d’ingénierie, les activités de contrôle et les analyses techniques ;
  • le conseil de gestion ;
  • le nettoyage ;
  • les transports et l’entreposage ;
  • la réparation automobile ;
  • les activités de loisirs et les services à la personne.

Pourquoi a-t-on du mal à recruter ?

Mais quels sont les facteurs de ces difficultés de recrutement ? Ces dernières « ont plusieurs sources, qui se combinent le plus souvent : les trois principales raisons invoquées sont l’inadéquation du profil des candidats, le manque de candidatures et les caractéristiques propres du poste », expliquait France Stratégie dans un document mis en ligne le 21 juin (à télécharger ici), se fondant notamment sur des études de la Direction de l’animation, de la recherche et des statistiques (Dares) du ministère du Travail.

Le manque de candidatures est fort dans certains secteurs. Par exemple, depuis la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19, les employeurs de l’hôtellerie-restauration signalent la fuite de nombre de leurs salariés et la pénurie de candidats. Des professionnels ont préféré se reconvertir dans d’autres métiers, jugés mieux rémunérés et aux conditions de travail moins éprouvantes.

Les entreprises évoquent comme « facteur le plus fréquent » une « inadéquation entre les profils des candidats et les attentes des employeurs », poursuit France Stratégie.

Pour l’institution, « un effort ciblé sur les métiers en tension pour y augmenter l’offre de travailleurs pourrait réduire sensiblement les difficultés de recrutement ressenties ». Une autre recommandation de France Stratégie indique en creux que les pratiques des entreprises en matière de recrutement sont à revoir : des « actions » doivent être menées « pour aider les employeurs à surmonter les difficultés anticipées », fondées « sur un échange personnalisé avec chacun d’entre eux ». Objectif : « examiner ce qu’il conviendrait d’améliorer dans leur processus de recrutement et les caractéristiques propres de l’entreprise comme sa gestion des ressources humaines ».

POUR ALLER PLUS LOIN