Compte personnel de formation : le démarchage téléphonique bientôt interdit ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© SIphotography

SMS, coups de fil, voire mails… Ces dernières semaines, de plus en plus de Français sont contactés pour utiliser la cagnotte de leur compte personnel de formation (CPF), un dispositif permettant à toute personne active d’acquérir des droits à la formation mobilisables tout au long de sa vie professionnelle.

S’il peut s’agir d’arnaques, le plus souvent, ces sollicitations répétées sur plusieurs jours, proviennent de centres d’appels situés en Afrique subsaharienne ou en Israël, en contrat de sous-traitance pour la plupart avec des centres de formation, selon les informations du Parisien. Leur but ? Forcer la personne contactée à s’inscrire à une formation en lui faisant croire qu’elle va perdre ses droits.

Pour mettre fin à ces pratiques commerciales agressives, le gouvernement a l’intention de déposer prochainement un amendement au projet de loi de finances pour 2022. « Il s’agit de s’inspirer de la loi mise en place après les abus constatés dans le cadre de la rénovation énergétique, qui interdit tout démarchage téléphonique », a expliqué au quotidien la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Des pratiques qui ont pris de l’ampleur depuis 2 ans

« On aspire depuis des mois à ce que ce type de pratiques soient interdites. Cela facilitera la tâche de tout le monde », a réagi Michel Yahiel, le « père » du CPF auprès du Parisien. Car depuis que le compte personnel de formation est crédité en euros et non plus en heures, le dispositif suscite les convoitises des escrocs et des centres de formation. Les quelque 38 millions de comptes crédités représentent, en effet, un pactole d’environ 53 milliards d’euros épargnés et gérés par la Caisse des dépôts. Soit 1 400 euros en moyenne par compte, une somme qui peut grimper au fil des années jusqu’à 5 000 €.

Ainsi, des plateformes de démarchage n’hésitent pas à utiliser des fichiers téléphoniques achetés sur le Dark Web et à revendre leurs services à des centres de formation. De leur côté, des malfrats cherchent à mettre la main sur l’argent en proposant de fausses formations ou en piratant les données pour vider les comptes. En deux ans, 39 plaintes contre des organismes de formation ont été déposées. « Mais en réalité, les escroqueries, c’est une goutte d’eau », tempère Michel Yahiel.

Comment se prémunir contre le démarchage abusif ?

En attendant l’interdiction du démarchage, il est conseillé de :

  • ne jamais répondre à un mail, SMS ou coup de téléphone ;
  • effectuer un signalement sur la plateforme « Mon compte formation » ou l’application mobile ;
  • chercher directement une formation sur le site du CPF ou l’application mobile.
A lire aussi