Commerces : une aide pour compenser l’accumulation de stocks

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Magasin de vêtements fermé, passante, Paris
© Riccardo Milani/Hans Lucas via Reuters Connect

De nombreux entrepreneurs vont pouvoir accueillir à nouveau des clients. Les commerces de vêtements et de chaussures pourront à nouveau vendre des produits dans leurs locaux ou sur les marchés à partir de mercredi 19 mai. Mais les fermetures administratives décidées contre la pandémie de Covid-19 et la désaffection des consommateurs ont durement affecté leur trésorerie. En plus des dispositifs fortement utilisés depuis le début de la crise sanitaire, tels que l’activité partielle (ancien chômage partiel), le prêt garanti par l’Etat (PGE) ou le Fonds de solidarité, le gouvernement de Jean Castex a mis en place une nouvelle mesure, par un décret du 14 mai, paru le surlendemain au Journal officiel.

La réforme est destinée aux entreprises exerçant leur activité principale dans le commerce de détail :

  • d’articles de sport en magasin spécialisé ;
  • d’habillement en magasin spécialisé ;
  • de chaussures en magasin spécialisé ;
  • de textile, d’habillement et de chaussures sur éventaires (étalages sur la voie publique) et marchés.

Un écoulement des stocks difficile

Ces commerces « n’ont que de faibles possibilités » d’« écouler » leurs stocks, « en raison de la nature saisonnière de leurs produits », justifiait le 4 mai Bercy sur le site economie.gouv.fr.

Les professionnels concernés doivent avoir perçu une aide au titre du Fonds de solidarité pour novembre 2020, mois marqué par un confinement et la fermeture de ces points de vente. Le montant du nouveau dispositif correspond à 80 % de l’aide du Fonds de solidarité perçue en novembre. 

La mesure doit profiter à quelque « 36 000 entreprises de moins de 50 salariés, pour un montant moyen de 5 600 € par commerce », évalue Bercy.

« Pour les entreprises qui réalisent plus de 1 million € de chiffre d’affaires par mois, la problématique des stocks sera traitée dans le cadre du dispositif de la prise en charge des coûts fixes », selon le ministère de l’Economie, des finances et de la relance.

Une prise en charge à venir des loyers dus par les magasins des centres commerciaux

Le gouvernement souhaite voir certains magasins obtenir une prise en charge par l’Etat des loyers et charges locatives dus par certains magasins, une rétroactivité devant s’appliquer au 1er février.

Les entreprises concernées seront « principalement celles situées dans les centres commerciaux fermés et qui ne bénéficiaient pas du Fonds de solidarité », explique-t-on à Dossier Familial dans l’entourage du ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises (PME), Alain Griset. Les magasins des centres commerciaux doivent également rouvrir le 19 mai. Le dispositif doit être validé par la Commission européenne.

Les petits commerçants souhaitent le décalage des soldes

La Confédération des indépendants et la Fédération nationale de l’habillement veulent un report des soldes. Les deux organisations ont adressé au ministère une lettre réclamant le lancement des soldes à la mi-juillet, selon RMC. Le gouvernement statuera sur un éventuel report après la réouverture des magasins de vêtements, précise la radio.

Le gouvernement n’a pas encore fixé par arrêté les dates des soldes d’été, mais la période envisagée doit s’étaler du 23 juin au 20 juillet, pour la majeure partie du territoire.

A lire aussi