Covid-19 : les entreprises vont être incitées à recourir davantage au télétravail

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Télétravail
© damircudic

Jean Castex continue à voir dans le télétravail un outil pour prévenir la propagation de l’épidémie de Covid-19, suivant les recommandations scientifiques. « Dans toutes les entreprises où cela est possible, le recours effectif au télétravail devra être renforcé », avait souligné vendredi 29 janvier le Premier ministre dans sa brève allocution, indiquant le refus de l’exécutif de mettre en œuvre un troisième confinement.

Le ministère du Travail a annoncé mardi 2 février le lancement d’« un plan de mobilisation de l’inspection du travail » pour veiller à la mise en œuvre du télétravail quand ce dernier est possible. « Une instruction, renforçant le contrôle et le suivi des opérations menées fin 2020, sera adressée en ce sens aux Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) d’ici mercredi », a précisé le ministère dans un communiqué.

« Retrouver le niveau de télétravail de début novembre »

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, et le secrétaire d’Etat chargé des Retraites et de la santé au travail, Laurent Pietraszewski, avaient réuni la veille les organisations syndicales et patronales en visioconférence « pour faire le point sur le protocole sanitaire en entreprise et l’application des règles relatives au télétravail ». Ils avaient « rappelé » à leurs interlocuteurs « la nécessité d’une mobilisation collective dans le contexte épidémique » et exprimé leur volonté de « retrouver le niveau de télétravail de début novembre ».

Elisabeth Borne avait répété le principe de l’application du télétravail « pour toutes les activités qui le permettent ». « La possibilité de revenir sur le lieu de travail reste dérogatoire, dans la limite maximum d’un jour par semaine par salarié », pour les personnes « qui en ressentent le besoin », selon le communiqué. La ministre « a invité les partenaires sociaux à relayer clairement ces règles dans l’ensemble des secteurs et à encourager leur mise en œuvre dans le cadre du dialogue social au sein de l’entreprise ».

La proportion « de salariés dont le poste est télétravaillable et déclarant ne jamais télétravailler reste encore trop élevée : c’est avant tout sur ce point que les entreprises doivent progresser », juge-t-on rue de Grenelle.

Le ministère du Travail se fonde sur des enquêtes menées pour son compte par l’institut Harris Interactive, pour regretter une diminution progressive du « taux de recours au télétravail […] depuis le mois de novembre » 2020, « parmi les actifs pouvant facilement télétravailler ». Selon les données dont il dispose, « 64 % des actifs en situation de télétravailler y ont eu effectivement recours en janvier, contre 70 % en novembre ».

Des modifications du protocole sanitaire

Le ministère avait actualisé vendredi le protocole sanitaire applicable aux salariés pour se conformer à des préconisations du Haut conseil de la santé publique (HCSP). Les changements suivants ont été apportés :

  • les masques recommandés en milieu professionnel sont désormais les masques « grand public de filtration supérieure à 90 % » (masques de catégorie 1 et masques de type chirurgical), le port de masques grand public de catégorie 2 n’étant plus autorisé ;
  • la distance entre deux personnes est portée à 2 mètres dans les situations spécifiques où le masque ne peut être porté.

Nouvelles règles pour la restauration collective et le déjeuner dans les bureaux

Le ministère du Travail prépare une adaptation des règles concernant la restauration collective, afin de « prendre en compte la nécessité d’une distanciation de 2 mètres en l’absence de port du masque ». Le gouvernement doit « dans les prochains jours » publier « un décret permettant aux salariés de déjeuner dans des lieux normalement affectés au travail, dans le respect des règles de santé et de sécurité ».

A lire aussi