Chômage partiel : attention aux faux contrôles de l'ASP

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© weerapatkiatdumrong

Les escrocs ne manquent pas d’imagination avec la crise sanitaire liée au Covid-19. Cette fois, ce sont les entreprises qui sont ciblées. Les préfectures alertent les chefs d’entreprise sur des appels téléphoniques et mails frauduleux visant à escroquer les entreprises ayant des salariés en activité partielle.

Des malfaiteurs se font passer pour l’Agence de services et de paiement (ASP), l’organisme en charge du paiement des allocations d’activité partielle, et indiquent à l’entreprise qu’elle a bénéficié à tort de cette allocation. Ils invitent alors cette dernière à reverser le montant sur un compte qui est communiqué par e-mail. Le compte est évidemment celui des malfrats.

L’ASP ne communique jamais ses coordonnées bancaires

« D’une manière générale, l’Agence de services et de paiement (ASP) ne communique jamais ses coordonnées bancaires par téléphone ou par e-mail. De même, que ce soit par téléphone ou par e-mail, l’ASP ne vous demandera jamais vos coordonnées bancairesni d’effectuer un reversement sur un autre compte que celui sur lequel l’ASP a effectué le versement initial », rappellent les préfectures.

Si vous recevez ou avez reçu ce type d’appel ou de mail, vous pouvez contacter l’assistance téléphonique "Activité partielle" au 0 800 705 800 (numéro vert gratuit, accessible du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 10h à 20h) afin de signaler votre situation.

Que faire si vous avez été victime ?

Si vous avez déjà été victime de cette arnaque, déposez plainte auprès des services de police « afin que l’ASP puisse le cas échéant, et si la situation de votre établissement le nécessite, procéder au versement de l’allocation d’indemnité partielle sur le véritable compte de votre établissement ».

A lire aussi