Cantine, vaccination, masque… Ce qui change en entreprise à partir du 30 juin

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Wavebreakmedia

Avec la dernière étape du déconfinement qui débute ce mercredi 30 juin en France, le protocole sanitaire en entreprise s’assouplit encore.

Deux jours de télétravail par semaine recommandés

Concernant le télétravail, il reste recommandé jusqu’à la rentrée pour les salariés dont le poste s’y prêtent. La nouvelle version du protocole, mise en ligne mardi 29 juin, n’impose pas de nombre de jours minimum et laisse, comme depuis le 9 juin, les employeurs fixer eux-mêmes, « dans le cadre du dialogue social de proximité, un nombre minimal de jours de télétravail par semaine, pour les activités qui le permettent ».« Pour donner une référence, dans la fonction publique, nous sommes à trois jours de télétravail par semaine depuis le 9 juin, puis nous passerons à deux jours par semaine au 1er juillet jusqu’à la fin août », indique le ministère dans Le Parisien.

Possibilité de se faire vacciner pendant les heures de travail

Dans les locaux, le port du masque reste la règle, à moins, et c’est une nouveauté, de se trouver à au moins deux mètres de distance de ses collègues. Pour faciliter l’accès à la vaccination, le protocole sanitaire élargit les possibilités de s’absenter pendant les heures de travail. Jusque-là, le salarié devait passer par la médecine du travail pour être autorisé à s’absenter. Désormais, « il est attendu des employeurs, au regard des impératifs de santé publique, qu’ils autorisent leurs salariés à s’absenter pendant les heures de travail, pour leur faciliter l’accès à la vaccination. Le salarié se rapproche de son employeur afin de déterminer la meilleure manière d’organiser cette absence », précise le protocole actualisé. « Par ailleurs, les salariés en situation d’affection de longue durée exonérante bénéficient d’une autorisation d’absence de droit pour cette vaccination rendue nécessaire par leur état de santé. L’employeur ne peut s’y opposer », poursuit le document.

Fin des jauges dans les cantines

Quant aux règles sanitaires dans les cantines d’entreprise, elles sont également assouplies. Comme pour les bars et les restaurants, la jauge de 50 % de capacité d’accueil et la limite de 6 personnes maximum par table disparaissent. Mais les gestes barrières, notamment la distanciation d’un mètre associé au port du masque, doivent toujours être respectés dans les files d’attente et pour tout déplacement au sein du restaurant. Afin de limiter le nombre de convives présents simultanément, les restaurants doivent adapter les plages horaires et mettre en place des services décalés. Ils sont aussi toujours incités à proposer des paniers repas à emporter et à consommer sur le poste de travail.

Enfin, concernant les pots entre collègues, le protocole recommande toujours qu’ils se tiennent dans des espaces extérieurs mais il ne précise plus de limiter le nombre de personnes à 25.

A lire aussi