Allocations chômage : les conditions d’éligibilité sont assouplies

Depuis le 1er août, la durée d’affiliation minimale pour ouvrir ou recharger les droits à l’assurance chômage passe de 6 à 4 mois. Qui est concerné ? On fait le point.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Khosrork

Annoncé par le Premier ministre, Jean Castex, le 17 juillet dernier, le report de la réforme de l’assurance-chômage au 1er janvier 2021 est désormais officiel. Un décret publié le 30 juillet au Journal officiel acte le report du second volet de la réforme, qui concerne notamment la refonte du mode de calcul de l’indemnisation, et suspend le durcissement de l’ouverture des droits en vigueur depuis le 1er novembre 2019.

Baisse de la durée d’affiliation de 6 à 4 mois

Depuis le 1er août 2020, il faut avoir travaillé au moins 4 mois (soit 88 jours travaillés, ou 610 heures), au lieu de 6 mois (130 jours travaillés, ou 910 heures) depuis le 1er novembre 2019, pour percevoir des allocations chômage. Cette durée minimale peut avoir été réalisée avec un ou plusieurs contrats de travail chez différents employeurs.

En raison de la crise sanitaire, la période dite « de recherche d’affiliation minimale», au cours de laquelle ces 4 mois de travail sont recherchés est prolongée de 3 mois à titre exceptionnel et passe donc :

  • de 24 mois à 27 mois pour les salariés âgés de moins de 53 ans à la date de leur fin de contrat de travail ;
  • de 36 mois à 39 mois pour les salariés de 53 ans et plus.

Par exemple, si vous avez perdu votre emploi le 31 août 2020, vous pourrez rechercher les 4 mois de travail en remontant jusqu’au 1er juin 2018, au lieu du 1er septembre 2018 en temps normal.

A noter 
Toutes les périodes de travail sont prises en compte, sauf celles ayant déjà servi à une indemnisation. Les périodes d’activité partielle sont également comptabilisées. La rémunération perçue pendant le chômage partiel n’est, en revanche, pas prise en compte pour le calcul de l’allocation afin de ne pas diminuer son montant.

Qui est concerné par cette mesure ?

Cette mesure concerne les personnes qui perdent leur emploi entre le 1er août 2020 et le 31 décembre 2020. La date de fin de contrat correspond à la fin du préavis. Attention, il ne faut pas avoir quitté volontairement son emploi. Il existe toutefois des possibilités d’indemnisation pour certains salariés démissionnaires, notamment en cas de démissions légitimes (déménagement pour suivi du conjoint par exemple) ou pour un projet de reconversion professionnelle.

A noter 
Les personnes résidant à Mayotte ainsi que certains salariés comme les intermittents du spectacle ou les salariés expatriés ne sont pas concernés.

Pour les demandeurs d’emploi qui perçoivent des allocations chômage, un rechargement de leurs droits pourra avoir lieu s’ils ont travaillé 4 mois (au lieu de 6 mois) au cours de leur indemnisation, à condition que leur dernier contrat de travail se soit terminé après le 1er août 2020.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :