Allez-vous devoir payer pour utiliser votre compte personnel de formation ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Formation professionnelle
© miodrag ignjatovic

Les personnes travaillant ou à la recherche d’un emploi vont-elles devoir payer pour utiliser leur compte personnel de formation (CPF) ? Le Mouvement des entreprises de France (Medef) défend la mise en place d’un ticket modérateur sur le recours au CPF, révèle Le Parisien.

France Compétences, l’organisme qui gère le compte personnel de formation, rencontre des difficultés financières : à la fin de l’année 2021, l’institution risque d’atteindre un déficit de 3 Md€, indique Le Parisien. Ce montant a été présenté lors du dernier conseil d’administration de l’opérateur.

L’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des finances (IGF) recommandent la création d’un tel reste à charge, dans un rapport rendu à l’été 2020.

Ce document évalue à 4,9 Md€ le manque de financement entre 2020 et 2023, ce qui représente près d’un milliard par an, selon Le Parisien. Mais la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 a fait monter les risques sur la trésorerie de France Compétences, autorité nationale de financement et de régulation de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Un des auteurs du rapport cité par le journal évalue désormais à 10 Md€ le déficit cumulé possible sur la période.

En outre, l’IGAS et l’IGF sont favorables à un abaissement de 3 % par an, pendant quatre ans, du niveau moyen de prise en charge des contrats d’apprentissage, et proposent un plafonnement passant de 8 000 à 6 000 €, précise le journal.

France Compétences doit présenter un budget en équilibre

La loi de finances pour 2021 soumet le versement d’une subvention à France Compétences au vote par le conseil d’administration de l’institution, au plus tard le 30 novembre prochain, d’un budget en équilibre pour 2022 (article 239).

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, doit avoir des discussions avant l’été avec les organisations syndicales et patronales afin de « trouver une trajectoire sur l’équilibre financier » de France Compétences, rapporte Le Parisien.

Le CPF a pris le 1er janvier 2015 la suite du droit individuel à la formation (DIF). Crédité en heures jusqu’au 1er janvier 2019, il est depuis alimenté en euros.

A lire aussi