Electroménager : la performance énergétique coûte trop cher

En France, les réfrigérateurs, lave-linge et sèche-linge classés A++ et A+++ se vendent moins bien que dans les pays voisins. En cause, leurs prix trop élevés.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Un réfrigérateur classé A+++ est vendu en moyenne en France 937 euros.
Un réfrigérateur classé A+++ est vendu en moyenne en France 937 euros.

Jugés trop coûteux, les Français se détournent des réfrigérateurs, lave-linge et sèche-linge les plus sobres en énergie. C’est la conclusion d’une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) publiée mardi 22 août. Elle a comparé les ventes d’appareils électroménagers en Europe selon leur classe énergétique.

Résultat, ceux estampillés A+++, c’est-à-dire les plus économes, se vendent moins bien en France qu’en Italie et en Allemagne. « Les A++ et A+++ représentent 12 % des ventes en France contre 30 % pour la moyenne européenne », note l’Ademe.

La raison ? En France, les produits sont vendus plus chers. Par exemple, un même réfrigérateur, classé A+++, sera vendu en moyenne dans l’Hexagone 937 €, contre 732 € dans les autres pays européens. Et cela malgré un cadre réglementaire identique à toute l’Europe. « Ce sont les mêmes fabricants qui distribuent leurs produits dans tous les pays européens », souligne l’Ademe.

Les appareils classés A+++ ne représentent que 1 % des ventes

Sur le marché français, les parts des ventes des appareils des classes A++ et A+++ sont donc faibles, respectivement 14 % et 1 %. En 2015, à peine 1 % des Français ont acheté un réfrigérateur A+++, contre 16 % des Allemands. De même, ils étaient 38,8 % à avoir opté pour un lave-linge A+++, contre 80 % des Allemands ou 46,6 % des Italiens. Selon l’Ademe, « le prix relativement bas de l’électricité en France n’est pas très motivant pour investir dans un appareil économe ». Le gain financier sur la facture d’électricité et sur la durée de vie du produit ne compense pas toujours le coût de l’appareil.

Pourtant, si tous les réfrigérateurs et congélateurs vendus en 2015 avaient été de classe A++, le pays aurait pu économiser près de 2 000 GWh par an. Soit l’équivalent d’un tiers de la production d’un réacteur nucléaire.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :